Ecoutez cet article

Le Comité Laïc de Coordination « CLC »- structure de laïcs catholiques-, a annoncé le lancement d’une vaste campagne populaire pour décréter la mobilisation générale contre le recours à la machine à voter aux élections du 23 décembre 2018 et contre l’utilisation, en l’état, du fichier électoral actuel, puisqu’il nécessite des améliorations urgentes pour assurer sa fiabilité en y extirpant des millions d’inscrits indésirables.

« Le CLC a choisi de faire démarrer cette campagne, le 7 octobre, date d’importance stratégique, retenue de manière expresse par le calendrier électoral de la CENI pour le démarrage de l’opération d’impression, de conditionnement et de livraison des bulletins de vote, des procès-verbaux et des fiches de résultat, en attendant le déploiement de ces matériaux, à partir du 16 novembre vers les sites de formation », indique le CLC.

Cette tâche de production, de diffusion et de redistribution des documents électoraux, poursuit le CLC, est d’importance capitale pour la crédibilité des votes qui vont avoir lieu dans quelques semaines.

« Raison pour laquelle l’Accord de la Saint-Sylvestre avait jugé utile, dans une clause particulière, de recommander à la CENI de sécuriser la circulation des bulletins de vote et tout matériel électoral sensible », renchérit-il.

S’agissant du fichier électoral, les laïcs catholiques soulignent qu’il est incompréhensible que la centrale électorale ne se soit pas empressée, de manière urgente, à mettre en œuvre les recommandations de l’audit qu’elle a elle-même commandé auprès de l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie) pour fiabiliser davantage le fichier électoral.

« Il en est de même des observations de la Fondation britannique Westminster pour la Démocratie qui n’ont été prises en compte que de manière sélective, en négligeant les remarques les plus fondamentales », conclut le CLC.

Le CLC précise en outre, que sa campagne a pour objectif, de fédérer toutes les énergies populaires disponibles, sur base de deux motivations essentielles :
1. le caractère spécial des élections en cours et,
2. le danger que représentent ces deux impositions.

Pendant ce temps, du côté de la Commission Électorale Nationale Indépendante, l’on annonce déjà, l’arrivée en République Démocratique du Congo, de toutes les machines à voter produites par l’entreprise Miru Système.

Jephté Kitsita

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici