Écoutez cet article

L’incendie qui a ravagé l’entrepôt de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) à Kinshasa est l’une des principales raisons qui pourraient justifier le report des élections, d’après certaines sources de la centrale électorale.

« Sans minimiser la gravité de cette situation dommageable pour le processus électoral, la CENI s’emploie pour la poursuite du processus, conformément à son calendrier », disait Corneille Nangaa, président de la CENI.

Si les machines à voter ont rapidement étaient remplacées grâce au stock tampon, d’après les explications de la commission électorale, tout n’a pas été reconstitué.

Le dernier avion qui transporte les bulletins de vote arrive à Kinshasa le samedi 22 décembre en provenance de la Corée du sud, soit la veille du jour du scrutin.

« Les bulletins sont personnalisés par circonscription. Ceux de Kinshasa étaient brûlés. On a pu remplacer les machines à voter grâce au stock tampon, mais pour les bulletins, il fallait absolument commander d’autres », a dit à actualite.cd une source du bureau de la CENI.

Il s’agit d’environ cinq millions de bulletins. Une partie est arrivée ce jeudi et une autre devrait arriver samedi.

« Le grand problème, c’est le déploiement. Kinshasa est vaste avec environ 8 000 sites », renseigne la même source.

La CENI envisage désormais un report d’une semaine.

« On veut que les élections se passent bien. On pouvait envisager un report de deux jours, mais nous voulons que les choses se passent normalement », ajoute une autre source.

Corneille Nangaa, président de la CENI, va discuter avec les candidats à 11 heures et tiendra une conférence de presse à 15 heures.

D’ores et déjà, le candidat Martin Fayulu voit d’un mauvais œil la probabilité d’un éventuel nouveau report des élections. Au cours d’une interview accordée à quelques journalistes alors qu’il entrait à Kinshasa, le candidat Lamuka a rappelé sa position sur la date du 23 décembre.

« Le communiqué de Lamuka est clair. Pas de boycott, pas de report. Si le 23 décembre il n’y a pas élections, Messieurs Kabila et Nangaa doivent partir (…) », avait-il dit.

actualite.cd

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici