Ecoutez cet article

Alors que l’hypothèse d’une élimination de la République Démocratique du Congo après sa rencontre avec le Bénin gravite sur toutes les lèvres, le journaliste de Canal+ groupe Charles Mbuya éclair les deux parties. Sans atermoiement aucun, le professionnel de la presse sportive annonce son appréciation en évoquant, en ce qui concerne le cas du premier but de l’équipe Congolaise, le manque d’un quite logistique pouvant permettre de voir le fait dans tous les angles possibles. En ce qui concerne les 4 opportunités de changement au lieu de 3, il précise que la loi reste silencieuse.

Le présentateur télé et commentateur @cplussportafr Charles Mbuya a cherché à savoir avec quels instruments les experts qui trouvent que le premier Penalty est inexistant ont pu faire leurs analyses. C. Mbuya s’indigne d’un tel jugement en faisant savoir qu’il est difficile d’établir une conclusion certaine avec un seul plan et que même avec la VAR, les choses ne seraient pas si simples.

« Ceux qui trouvent que le Penalty est inexistant : comment avez-vous fait pour arriver à cette conclusion sur base d’un seul plan ? Je comprends qu’on puisse le juger sévère mais même avec la VAR je doute que cela aurait été facile de mieux juger l’action (donc je ne peux que faire confiance à l’arbitre qui est proche de l’action)», a-t-il écrit.

S’étalant sur les 4 opportunités de changement utilisées par la RDC au lieu de 3, l’ancien journaliste de digital Congo de Kinshasa déclare :

« Sur la Règle de 3 fenêtres pour effectuer ses 5 changements (3+ la mi-temps): il n’y a pas de débat là-dessus sur le fait que la RDC a enfreint la règle en utilisant 4 opportunités de changement + la mi-temps».

Pour motiver son point de vue, l’ancien présentateur de digital sport fait savoir que « la plupart des Ligues ont précisés son appréciation dans leurs championnats. La Première Ligue ne l’utilise pas alors que la Ligue 1 par exemple, la LFP prévoit un changement supplémentaire dans le cadre du “protocole Commotion” ».

Dans la foulée, Charles Mbuya renchérit :

« C’est donc une recommandation de l’IFAB que chaque Ligue est appelée à adopter ou pas et à en préciser les modalités et le cas échéant à prévoir des sanctions en cas de non respect. Maintenant dans les textes de la CAF et dans le règlement des Éliminatoires Coupe du Monde : rien n’est prévu comme sanction contre l’équipe qui ne respecterait pas cette directive (…).», a-t-il rajouté.

Conformément aux textes de la Confédération Africaine de Football (CAF) et de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Charles Mbuya expert dans le domaine a conclu en déclarant le silence de la loi qui joue en faveur de la République Démocratique du Congo. Dans le cas d’espèce, la RDC jouera donc son match de barrage avec un adversaire qui sera connu dans les prochains jours dans l’optique qu’aucune charge n’est retenue sur elle selon le verbe des textes.

« On sait avec précision ce que risque une équipe qui aligne un joueur suspendu ou irrégulier, mais on ne sait pas encore quand elle utilise 4 opportunités de changement au lieu de 3. La CAF ni la FIFA d’ailleurs n’ont pas non plus prévu que cette situation rentrait dans le cadre des fautes techniques qui peuvent pousser l’organisation à faire rejouer un match», a-t-il conclu.

Gaël Hombo/acturdc

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici