Écoutez cet article

Il est reproché au ministre de l’ESU d’avoir nommé de nouveaux membres de comités de gestion, sans l’aval du Conseil des ministres.

Très courte joie -peut-être – pour des gestionnaires de certains établissements officiels de l »Enseignement supérieur et universitaire (ESU) en RD Congo, nommés le week-end dernier. Et pour cause, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, a demandé officiellement hier mardi, la surséance de l’exécution jusqu’à nouvel ordre, de l’arrêté n° 0464/MINESU/CAB.MIN/MNB/RMM/2021 du 23 décembre 2021, portant désignation et nomination des membres des comités de gestion de quelques établissements de l’Enseignement supérieur et universitaire.

Dans un communiqué signé par son directeur de cabinet, Paul-Gaspard Ngondankoy, Jean-Michel Sama Lukonde motive cette mesure conservatoire, par le souci d’une ultime harmonisation de vue avec le ministre du secteur, Muhindo Nzangi. Moralité, toute remise et reprise entre les membres sortants et entrants des comités de gestion concernés par ledit arrêté, est renvoyée aux calendes grecques.

DES REMOUS

Jamais, un arrêté ministériel n’a provoqué de remous d’une extrême ardeur, comme celui sus-évoqué de Muhindo Nzangi, portant nomination de nouveaux membres des comités de gestion dans quelques établissements officiels d’Enseignement supérieur et universitaire (ESU), rendus publics le week-end dernier. L’agitation est visible dans les milieux universitaires, a la suite de la publication de cet arrêté.

Croyant mieux faire, en nommant des ressortissants de l’espace Grand Kasaï à la tête de certains établissements, Muhindo Nzangi s’est, cependant, attiré le courroux de certains fils lucides du pays Luba, ethnie originaire du Président Félix Tshisekedi. Cas du député national Jean-Pierre Kayembe qui réagit avec fermeté.

« En plaçant quelques Kasaïens à la tête de quelques établissements, Muhindo Nzangi veut faire croire à l’opinion que le Chef de l’Etat est derrière ses forfaitures. Nous sommes tous conscients de la lutte du Président de la république contre le tribalisme. Nous ramener dans cette pratique est une façon de piéger le Chef de l’Etat », argue ce député national, élu de Kananga.

D’ores et déjà, Jean-Pierre Kayembe dit avoir initié une question orale avec débat sur les arrêtés mis en causes, adressée au ministre de l’Esu, selon le média en ligne OKAPINEWS.NET qui le cite dans l’une de ses publications d’hier mardi. Ce dernier dénonce ce qu’il qualifie d’amateurisme à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire. Un département qui se veut le réceptacle de la crème intellectuelle du pays.

« J’ai initié une question orale avec débat pour essayer de calmer les vitesses de ce ministre (ndlr : Muhindo Nzangi) qui ne maîtrise rien de son secteur. Il nomme en désordre depuis son arrivée. Des étudiants se voient bombarder des postes de secrétaires généraux académiques et même administratifs, pendant que d’éminents Profs sont renvoyés au garage« , explique le député Jean-Pierre Kayembe, cité par le même média en ligne.

En ce qui concerne particulièrement les établissements de la province du Nord-Kivu, Muhindo Nzangi est accusé de favoritisme, de clientélisme politique et de tribalisme, au motif qu’il aurait privilégié les ressortissants de son terroir de Butembo. D’où, le malaise au sein des communautés académiques concernées.

Monsieur Muhindo ne doit pas se considérer comme un électron libre. Les nominations des mandataires publics doivent être débattues en Conseil des ministres« , hurle le député Jean-Pierre Kayembe.

UN ARRETE EN VIOLATION DES TEXTES

Ayant exercé pendant plusieurs années, les fonctions de conseiller juridique au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et universitaire, ce député national rappelle que « le mandat d’un comité de gestion est de 5 ans. Par conséquent, on ne peut pas changer massivement des comités de gestion, sans pour autant tenir compte de la durée de leurs mandats respectifs » ;

Et d’ajouter : « Sans avoir la maitrise des données réelles, le ministre Muhindo s’est permis de nommer de nouveaux membres de comités de gestion dans une cinquantaine d’établissements en une fois. Non, non et non ! Le Premier ministre doit agir. Sinon, c’est lui qui sera finalement accusé de complicité. Dès lors que le ministre relève de leurs fonctions, des membres de comités de gestion dont le mandat court encore, cela constitue une violation intentionnelle et expresse des textes réglementaires. D’où, le caractère irrégulier de ces arrêtés« .

Avec des dents serrées, l’élu de Kananga perçoit dans ces arrêtés du ministre de l’ESU, du reste au cœur d’une vive agitation, l’intention à peine voilée d’usurper les attributions du Chef de l’Etat. « Ma question orale reste d’actualité. Le ministre doit s’expliquer sur ses motivations. On ne nomme pas sans l’aval du Président de la république. C’est un abus de pouvoir. Le ministre désigne des membres du Comité de gestion à titre provisoire. C’est le Chef de l’Etat qui, en principe, doit nommer les mandataires publics dont les membres des comités« , explique-t-il.

Le député national Jean-Pierre Kayembe va encore plus loin et fustige ce qu’il qualifie de légèreté dans les différentes décisions du ministre Muhindo Nzangi dans son secteur.

Pour sa part, un proche collaborateur du Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, parle d’une décision prise en solitaire. « Le ministre Muhindo Nzangi a signé ces arrêtés sans consulter le Premier ministre. Il l’a fait en catimini et tenait à ce que les remises et remises se fassent le lundi 27 décembre. C’est une rébellion. S’il n’avait rien à se reprocher, il ne se serait pas envolé pour l’Europe. C’est une véritable rébellion. Le ministre a créé un embrouillamini indescriptible dans le pays. Sans qualité, il a nommé recteurs et DG par -ci, secrétaires généraux académiques et Secrétaires généraux administratifs par là, certains ne remplissant pas les critères…Réglant des comptes à certains membres de comités de gestion dont les mandats courent encore ! Les syndicats des Profs sont en droit de protester et de réserver une souveraine opposition à ces arrêter », dit-il.

Grevisse KABREL
Forum des as

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici