Écoutez cet article

Le ton se durcit. Ensemble ne se laissera pas piétiner si son champion est exclu à la compétition électorale.

« Le Congo n’appartient à personne », rappelle Laurent Onyemba, le chef des communicants d’Ensemble qui annonce que son parti va publier bientôt son schéma d’éveil patriotique pour s’opposer au complot contre son leader Moïse Katumbi.

A l’instar du FCC, Lamuka ainsi que les laïcs catholiques et protestants, le parti de Katumbi rejette aussi l’idée de l’examen de la loi électorale sans consensus préalable des acteurs politiques.

« Nous, nous souhaitons que pour ce qui est de la loi électorale, avant toute discussion que la classe politique passe à un consensus. Dans les moments qui arrivent, nous allons devoir mettre à la place publique notre schéma d’éveil patriotique pour rappeler aux uns et aux autres que le Congo-Kinshasa n’appartient à personne », a indiqué le secrétaire national à la Communication d’Ensemble pour la République.

Maître Onyemba rassure que sa famille politique est au courant du plan d’exclusion qui se prépare à l’Assemblée nationale à l’initiative du député Nsingi Pululu visant particulièrement le boss de Mazembe.

« Nous sommes informés de l’exclusion qui vise fondamentalement Moïse Katumbi (…) .Le député Nsingi Pululu qui a apporté les velléités de la loi dite Tshiani, va devoir déposer désormais un amendement au niveau de la PAJ, celle-ci va le retenir pour le soumettre au niveau de la plénière. Cet amendement veut qu’on ajoute parmi les conditions d’éligibilité (à la présidentielle) des Congolais nés de père et mère », a-t-il alerté.

Le cadre d’Ensemble pour la République dénonce ce qu’il qualifie des « velléités politiciennes » à ce niveau de responsabilité car elles énervent les articles 10 et 70 de la loi fondamentale.

« Ces velléités violent fondamentalement l’esprit des articles 10 et 70 de notre Constitution. Une loi, quelque soit la nature, ne vient pas modifier la nature, la dimension sémantique et le champ juridique d’une Constitution et nous devons éviter aujourd’hui de continuer avec cette législation taillée sur mesure », conscientise-t-il.

Pendant ce temps, la Chambre basse du Parlement poursuit ce lundi 02 mai avec l’examen de la loi électorale. La séance sera consacrée aux réponses du G13 aux préoccupations soulevées par les députés lors du débat général la semaine dernière.

Patrick Mputu
Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici