Ecoutez cet article

L’Union Nationale des Fédéralistes du Congo est l’un de plus grands et anciens partis politique de la République Démocratique du Congo.

Son leader, le patriarche Antoine Gabriel Kyungu wa Kuwanza, 83 ans, décédé le 21 juillet dernier a été enterré un mois plus tard dans sa ferme de Kyamba sur la route Kasenga en présence du Président de la République qui avait tenu personnellement à rendre hommage à l’un des 13 parlementaires.

Après les élections de 2018, qui avait donné Félix Tshisekedi vainqueur, Gabriel Kyungu qui pourtant avait soutenu Martin Fayulu aux élections, avait décidé de tourner la page Fayulu en faisant alliance avec le 5ème président de la République Démocratique du Congo Félix Tshisekedi Tshilombo, « mon fils » comme il aimait bien l’appeler.

Peu avant sa mort, le président de l’Assemblée provinciale du Haut- Katanga avait tenu plusieurs meetings où il n’avait cessé d’annoncer un soutien indéfectible à l’Union Sacrée dont il été coordinateur provincial mais aussi à la candidature de Félix Tshisekedi aux élections 2023. Lui et son parti L’UNAFEC ne jurait que par cette anecdote.

Curieusement, quelques temps après sa disparition, tout a chambardé, les voix se lèvent dans tous les sens, on sous attend une division si pas un déclin de ce parti qui avait pourtant tenu tête à Mobutu et à Joseph Kabila.

Dans une matinée politique organisée le week-end dernier au directoire de l’UNAFEC, le premier vice-président Mr Umba Longange, a fait part aux militants de quelques conditions qu’il aurait données au Président de la République pour rester au sein de l’Union sacrée de la nation.

« Nous sommes à l’union sacrée, nous sommes en alliance avec le président de la République. Il [Félix Tshisekedi] doit savoir que nous luttons pour le pouvoir. Nous sommes prêt à signer une alliance avec Joseph Kabila ou Moïse Katumbi si nos intérêts ne sont plus garantis à l’union sacrée » avait-il déclaré.

Des propos qui ont suscité une vague d’indignation au regard de l’attachement qu’avait Kyungu à Tshisekedi.

En retour, Angélique Kyungu, fille biologique de baba Kyungu et député provinciale élu de Mitwaba, a laissé entendre que ces déclarations n’engagent pas l’UNAFEC, elle préconise pour se faire un congrès afin de passer aux élections et designer celui qui devra conduire le parti et continuer la vision de baba du Katanga.

« L’Unafec demeure toujours derrière le chef de l’état, Félix Tshisekedi Tshilombo. Il n’y a pas deux ailes au sein de ce parti politique et bientôt sera organisé le congrès pour désigner le successeur du feu Antoine Gabriel Kyungu wa Kumwanza. L’Unafec n’a conditionné aucun poste pour rester dans l’union sacrée, car nous sommes membres et demeurons toujours pour donner un second mandat au président de la République tel que nous avait dit le patriarche Kyungu wa Kumwanza « a-t-elle soutenu.

Au regard de ces événements, certains observateurs estiment que le baba du Katanga est mort sans préparé sa relève.

« Il a eu trop confiance à son fils malgré ses dérives mais malheureusement ce dernier est décédé avant même lui, actuellement il sera difficile pour ces gens de s’entendre, il n’y a pas un leader capable de tenir la foule comme Baba le faisait, ce parti tend vers le déclin. D’un côté Moïse Katumbi va vouloir prendre le contrôle via Kitungwa et de l’autre Félix Tshisekedi via Angèle Kyungu la fille biologique de baba Kyungu et député provinciale du Haut-Katanga » Ont fait remarquer ces observateurs qui ont requis l’anonymat.

Signalons qu’en RDC peu de partis politiques ont résisté après la mort de leurs leaders, espérons qu’il n’en soit pas le cas pour l’UNAFEC de Kyungu.

Kent ILUNGA
Bosolo

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici