Comment Mokia est devenu propriétaire de ces immeubles alors qu’ils appartenaient à l’Union zaïroise des banques, s’interroge Alphonse Ngoy Kasanji déguerpi le 17 août dernier de ce qu’il considère toujours comme sa propriété, sur l’avenue Roi Baudoin à Gombe, querellée avec Gabriel Mokia.

Face à la presse, il estime que “tout part de là. On ne peut pas comprendre comment une personne qui n’a pa de titre de propriété peut débarquer dans ma parcelle”.

Il reste convaincu que “l’expulsion que nous avons subie est injuste. Nous n’avons pas été notifiés par la justice. Nous n’avons reçu aucun préavis”.

Au moment de le déloger, “on a vu débarquer dans notre résidence des policiers qui ont arrêté nos policiers de garde et ont tout jeté dehors, en nous montrant un copie d’une ordonnance du Tribunal de grande instance où il n’y avait pas des dispositions de notification”.

L’ancien gouverneur du Kassai Oriental brandit son statut de “député national et de représentant de la population”.

Il insiste sur le fait que “je suis propriétaire de cet immeuble avec à ma possession un certificat d’enregistrement suite à la vente régulièrement conclue en 2013 avec Monsieur Zoae Kheler et madame Sagite Kheler, tous juifs”.

Le 22 octobre 2019, Gabriel Mokia, qui revendique aussi cette propriété, rappelait sur TOP CONGO FM, avoir “acheté cette maison en 1996 au Tribunal de grande instance de Kinshasa/Gombe à la vente publique” avant qu’elle lui soit “ravie en 1999 par les ministres qui sont venus de la rébellion”.

Il prévenait donc que “Ngoy Kasandji sera déguerpi”.

Dieumerci Lusakumunu
Top Congo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici