Il y a quelques jours, le drapeau américain flottait à l’ambassade des Etats-Unis à Kinshasa (RDC). Mais depuis jeudi, aucun insigne de l’Etat américain n’est visible au sein de sa représentation officielle dans la capitale congolaise. Est-ce à cause de la fermeture de l’ambassade depuis lundi dernier, à cause des “menaces terroristes” ? Plusieurs interrogations. Aucune réponse par contre, pour expliquer ce fait.

Devant la clôture de l’ambassade américaine à Kinshasa, la tension est perceptible. Au bout de la ruelle qui mène vers l’entrée principale, une barrière de cônes de signalisation est érigée. Les agents de l’ordre, armés, campent devant l’enclos. Ils interpellent tout le monde qui tente de s’approcher.

«Venez, monsieur ! – l’un des agents m’appelle. Vous cherchez quoi ici, me demande-t-il » sans hésiter, je lui explique que je suis journaliste et que je suis venu constater ce qui se passe à l’ambassade.

«Savez-vous que c’est interdit aux civils d’avancer jusqu’ici, me demande-t-il sur un ton autoritaire. Montrez-nous votre carte », lance un autre. Je présente ma carte de presse. « Non pas ça. Votre carte d’électeur », ajoute-t-il. Je donne ma carte d’électeur. Après avoir vérifié, ils procèdent à une fouille dans mon téléphone. « Nous espérons que vous n’avez pas des images compromettantes, sinon on vous arrête tout de suite », m’avertit-il, en manipulant mon téléphone. Finalement aucune infraction ne sera retenue contre moi. Quelques minutes plus tard, Ils me libèrent et me demandent de faire marche arrière. « C’est une zone à risque ici, ces derniers temps. N’osez plus avancer, reculez », me dit l’un des policiers.

Le lundi dernier, les Etats-Unis avaient annoncé la fermeture de leur ambassade à Kinshasa pour des raisons sécuritaires. Washington avait justifié cette mesure par une possible attaque terroriste contre sa représentation officielle en RDC dont il dit détenir des preuves. Mais le retrait de drapeau américain qui intervient, près de quatre jours après la fermeture de l’ambassade, inquiète l’opinion nationale. Certaines rumeurs évoquent un début de rupture des relations bilatérales entre l’Etat congolais et le gouvernement américain, notamment en raison de la tenue des élections cette année pour lesquelles les USA exigent le respect du calendrier.

Le 13 novembre, l’ambassadrice des États-Unis aux Nations unies, Nikki Haley, a mis en garde qu’il n’y aura aucune excuse pour tout échec ou retard éventuel dans la tenue des élections en RDC, le 23 décembre 2018.

“Il l n’y a aucune excuse à l’échec. Aucune raison de retarder le processus. Il ne reste aux dirigeants de la RDC qu’à faire la preuve de leur volonté de suivre le chemin démocratique qui leur a été tracé. Le monde entier observe pour savoir ce que sera l’héritage du président Kabila”, a-t-elle dit devant le Conseil de sécurité.

Jusqu’à ce jour, aucune déclaration officielle du gouvernement congolais concernant la fermeture de l’ambassade américaine à Kinshasa.

Will Cleas Nlemvo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici