Pour limiter la propagation du Covid-19, le président de la République a décidé d’isoler la ville de Kinshasa des autres provinces. Aucun mouvement migratoire ne sera accepté dans un sens comme dans un autre. La situation a conduit le chef de l’État à décréter un état d’urgence. Mais pour faire complet dans la stratégie de riposte, des voix s’élèvent afin d’appeler à des mesures spécifiques concernant les communes épicentres de l’épidémie du coronavirus dans la capitale. Gombe, Kinshasa, Lingwala et Kintambo doivent, à cet effet, être confinés.

Alors que la RDC prolonge dans le confinement, la propagation du Covid-19 dans la capitale inquiète de plus en plus. Depuis le début de l’épidémie déclarée le 10 mars 2020, le pays connait le cumul de 48 cas confirmés, dont 4 décès. Et le coordonnateur du Secrétariat technique multisectoriel de la riposte, le Professeur Docteur Jean-Jacques Muyembe Tamfum, qui a animé, mardi 24 mars, sa première conférence de presse sur l’évolution de la situation épidémiologique de la pandémie Covid-19 en RDC a fait savoir que, pour le moment, ce sont trois communes du district de la Lukunga, à savoir Gombe, Kintambo et Kinshasa, qui sont les plus touchées par cette pandémie.

Des statistiques qui suscitent des réactions, voire des suggestions poussant à des actions à mener en urgence par le Secrétariat technique multisectoriel de la riposte.

LIRE AUSSI: RDC: Félix Tshisekedi décide d’isoler Kinshasa et interdit les voyages capitale vers provinces

Déjà que le président de la République est passé à la vitesse supérieure pour limiter la propagation du Covid-19, en décidant notamment d’isoler la ville de Kinshasa des autres provinces, le Secrétariat technique multisectoriel de la riposte de la pandémie du Covid-19 doit, à son tour, œuvrer pour limiter la propagation de l’épidémie parmi les populations de la capitale. Cela devra passer impérativement par des mesures un peu plus contraignantes pour les communes touchées.

Par ailleurs, avec une épidémie qui prend de l’ampleur chaque jour, point n’est besoin de prendre le risque. Sinon, il faut déjà imaginer le chaos si ce virus circule librement dans les communes peuplées de l’ancien district de la Tshangu. Et c’est la raison pour laquelle la préoccupation majeure est de casser la chaîne de la contamination. Entretemps, le virus ne va pas arrêter sa progression, c’est la stratégie de la riposte qui devra ralentir, si pas couper la chaîne de contamination.

Pour ce faire, Kinshasa doit donc engager la course contre la montre pour préparer les conditions efficaces de prise en charge des patients dans les hôpitaux, les cliniques, etc.

Le Potentiel

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici