Écoutez cet article

La presse en ligne consultée ce matin à Kinshasa se focalise sur le séjour du président Félix Tshisekedi en Allemagne, mais aussi le procès lié au meurtre de l’administrateur de l’hôpital Vijana suite à un conflit foncier.

ACTUALITE.CD ouvre le bal et titre sur le séjour de Félix Tshisekedi en Allemagne : « RDC-Allemagne : Angela Merkel loue les « signaux positifs » du régime Tshsiekedi notamment avec la libération des prisonniers politiques ». Félix Tshisekedi a échangé en tête-à-tête, le vendredi 15 novembre 2019, avec la Chancelière allemande Angela Merkel, à Berlin, renseigne ce site. En conférence de presse conjointe, poursuit la consœur, Mme Merkel a salué les « signaux positifs » que donne le régime de Félix Tshisekedi, arrivé au pouvoir depuis dix mois. « Les premiers gestes du président Tshisekedi sont positifs. Je me réjouis de l’amélioration de la situation en RDC par les réformes faites du président Tshisekedi. Fini les prisonniers politiques. Cela nous permet d’initier de nouvelles relations avec ce pays », a-t-elle déclaré.

Le même média évoque le séjour du ministre de l’Intérieur, Gilbert Kankonde à Kolwezi et cite : « RDC : Ne donnons pas raison à ceux qui sont dans l’opposition de se moquer de nous ». Ces propos du ministre Gilbert Kankonde, vice-Premier ministre et ministre de l’Intérieur de la République Démocratique du Congo (RDC), a effectué une visite officielle qui intervient après les incidents qui avaient eu lieu à Kolwezi où les effigies du président de la République, Félix Tshisekedi, avaient été brûlées. Gilbert Kankonde a rappelé sur place la nécessité de l’unité de tous les membres de la coalition FCC-CACH.

De son côté, 7SUR7.CD se focalise sur le meurtre de l’administrateur de l’hôpital Vijana et écrit : « Les parties civiles ont plaidé et réclament des dommages et intérêts ». Dans leur plaidoirie devant la Haute Cour Militaire, vendredi 15 novembre dernier, les avocats des parties civiles ont brossé, à la barre, les 4 infractions mises à charge des prévenus (incitation des militaires à commettre les actes contraires à leurs devoirs et à la discipline, l’arrestation arbitraire, tortures et meurtre). 7SUR7.CD poursuit son récit en indiquant qu’en étant les préposés de l’État, précise Me Kitenge, le ministre provincial de l’Intérieur Dolly Makambo et son garde rapproché Ekawa Gaëtan alias « Ekanga Nyama » qui est, selon elle, l’assassin de l’AG de Vijana, les 4 parties civiles réclament l’équivalent en francs congolais de la somme de 10 millions $.

Dido Nsapu

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici