Écoutez cet article

 »Pour cette année 2022, l’État Congolais va construire 5 nouvelles universités. C’est la première fois depuis 50 ans. Nous allons commencer par l’UPN qui redeviendra toute neuve. Ce jeudi, je serais déjà à l’UPN pour lancer les travaux et présenter la maquette », annonce, invité du Magazine Le Débat sur TOP CONGO FM, Muhindo Nzangi, ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU).

 »Hormis l’UPN, nous allons construire la moitié de l’INBTP, parce qu’il y a la moitié des bâtiments en état, l’Université de Mbuji-mayi, l’Université de Kananga et celle de Bunia. Je vais lancer les travaux de construction de toutes ces universités en ce mois d’avril même ».

Évoquant les 5 axes de son programme, particulièrement l’axe infrastructure, le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire révèle même que ces travaux vont se dérouler en deux phases.

 »La deuxième phase concerne l’Université de Mbandaka, l’Université de Kikwit, la réhabilitation des homes de l’Université de Lubumbashi et l’Université officielle de Bukavu. Dès que les fonds sont disponibles, nous allons lancer l’appel d’offre ».

C’est dans ce contexte qu’il « remercie le Chef de l’État qui a mis son attention sur le secteur de l’Enseignement supérieur et universitaire parce que nous serons l’un des premiers secteurs qui va présenter quelque chose de concret à la population Congolaise ».

La réforme en marche

En ce qui concerne la réforme de l’enseignement, Muhindo Nzangi fait savoir que « nous avons déjà le nouveau programme de formation qu’on appelle la maquette LMD. Il contient des référentiels des métiers, les référentiels des compétences et la maquette elle-même. Donc, l’histoire d’anciens programmes est terminée aujourd’hui. On a maintenant un programme complet ».

Le G1 n’existe plus

« À ce jour, la réforme horizontale a déjà commencé. Le premier graduat n’existe plus dans toutes les universités du pays. C’est maintenant la première licence en première année d’université. Donc la réforme est déjà en marche, mais nous sommes dans la phase de l’accompagnement de la réforme qui passe par la formation continue, la distribution des maquettes aux enseignants ».

Il note également, toujours dans l’axe de la réforme de l’enseignement,  »l’assainissement Nous avons remis de l’ordre dans les facultés de médecine. Nous avons fermé 450 établissements que nous avons jugés extrêmement non viables, même s’il y a aussi des débats à faire sur ceux qui restent encore ouverts, cependant, ceux qui étaient vraiment dans les conditions les plus calamiteuses ont été fermés ».

Il rassure que  »la réforme a tenu compte des nos réalités, de notre contexte, de nos moyens et de nos besoins ».

Plan de numérisation perturbée par la grève

Alors que la numérisation de l’ESU traîne encore le pied, le ministre de l’Enseignement supérieur rassure que  »nous avons déjà établi toutes les directives. Nous avons aussi adopté un plan du numérique. Il est déjà en train de se déployer ».

Et d’annoncer :  »cette année ici, chaque étudiant va recevoir une carte d’étudiant nationale avec un numéro d’identifiant qui nous permet de suivre sa scolarité. Elle devrait être disponible depuis janvier, mais la grève nous a tellement perturbé dans la planification. Cependant, ça ne nous a pas arrêté ».

Dans ce même ordre d’idées, Muhindo Nzangi révèle que  »nous avons pris des engagements avec des compagnies de téléphonie mobile qui vont mettre à notre disposition des cartes sim. Comme nous avons 14 millions de données pédagogiques francophones qui sont à la disposition des étudiants, mais nous n’avons pas les moyens de les acheminer vers tous les établissements. Ces sociétés de télécommunications ont accepté de mettre ces données dans leurs réseaux pour que les étudiants qui vont recevoir les cartes sim puissent avoir accès à des cours vidéos, etc ».

Amélioration des conditions sociales des professeurs

 »Bien avant les négociations de Bibwa, le gouvernement avait déjà, pour la première fois, mécanisé 787 nouveaux docteurs. C’est d’ailleurs la première fois qu’une mécanisation de cette ampleur se fasse pour les professeurs. Et ils ont déjà été payés », indique le ministre de l’Enseignement supérieur, en évoquant notamment ses réalisations sur l’axe amélioration des conditions sociales des professeurs.

« Au mois d’avril, nous avons procédé à la mécanisation de 4000 chefs des travaux qui étaient sous-payés et on a augmenté la prime institutionnelle pour les assistants, les chefs des travaux et le personnel administratif ».

Au sujet de la lutte contre les antivaleurs,  »nous avons pris des actions pour que toutes les antivaleurs soient bannies des universités. La vente des syllabus, les points sexuellement transmissibles, etc. Après notre évaluation, aujourd’hui on a réussi à 80%. »

Dieumerci Lusakumunu
Top Congo

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici