Ecoutez cet article

Une nouvelle coutume voit désormais lieu à Kinshasa, Capitale de la République Démocratique du Congo. La violation pour des intérêts privés des espaces réservés à des activités bénéfiques à la communauté.

Écoles, espaces de culture, édifices publics, stades, rien n’est en reste. Pour le dernier cas, les kinois ont été surpris non sans désolation de voir sur les réseaux sociaux, des images montrant le terrain de football du stade des martyres être exploité par des privés pour une activité festive. Des images qui bousculent la conscience collective. Du jamais vu.

Le gestionnaire du stade des martyres, Papy Ngoyi Kibenze a poussé son audace loin du tolérable. S’est-il cru permis de tout? Sommes-nous dans une République bananière où l’anarchie dicte à ce gestionnaire le chemin à suivre? Pour ces deux préoccupations, la réponse est négative.

Aussi, faut-il justifier l’usage des fonds générés par la mise en location de l’aire des jeux du stade des martyres réservée aux activités sportives et non festives, genre mariage. Papy Ngoyi n’est pas au dessus de la loi pour s’y soustraire. Le ministre des sports est appelé à ouvrir l’oeil dans ce dossier qui l’expose au déshonneur. Le gestionnaire du stade des martyres a tout faux. L’heure est donc aux comptes.

Actu7

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici