Ecoutez cet article

Le bourgmestre de la commune de Gombe Dolly Makambo a arraché de « force » les banderoles placées dans l’enceinte du Centre inter-diocésain, siège de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO).

Le Secrétaire général de CENCO, Donatien N’shole, accuse le bourgmestre de la commune de Gombe d’avoir « forcé et violé » le siège de l’épiscopat pour arracher ces banderoles placée à l’entrée de l’un de deux bâtiments du centre inter-diocésain.

« C’est le CALCC qui avait demandé de mettre ces banderoles dans le cadre de leur sensibilisation à l’appropriation de l’accord de la saint-Sylvestre. Et là curieusement, c’est le bourgmestre qui est venu personnellement avec son garde pour les enlever. Ils ont même menacé le gardien qui était là. C’est la désolation, c’est un cas de violation de domicile. Mais si le bourgmestre avait des bonnes raisons pour le faire, il fallait respecter la procédure », a dit ce samedi Donatien N’shole à actualite.cd

Sur ces banderoles placées, le Conseil de l’Apostolat des Laïcs Catholiques du Congo (CALCC) avait écrit ce message.

« Pas de troisième mandat présidentiel, pas de révision constitutionnelle ».

L’accord parrainé par les évêques signé le 31 décembre 2016,excluait toute possibilité pour l’actuel président Joseph Kabila, dont le deuxième mandat constitutionnel a expiré le 19 décembre 2016, de se présenter à la prochaine présidentielle. Cet accord avait également exclu la possibilité d’une révision constitutionnelle avant la tenue des élections.

Contacté, le bourgmestre de la commune de Gombe n’a pas répondu aux appels d’actualite.cd

Stanys Bujakera Tshiamala

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici