Ecoutez cet article

Des éléments de l’armée rwandaise auraient été aperçus dans le groupement Buhumba pendant les affrontements, témoigne Boniface Ruvuyuyeki qui a également fui les combats avec sa famille.

« Comme vous nous voyez tous ici sur la route, nous fuyons la guerre provenant du Rwanda. Je le dis parce que j’ai vu des militaires Rwandais attaquer des positions de nos militaires FARDC. Chaque fois, l’on nous parle des rebelles du M23, mais ils ne sont pas dans notre territoire de Nyiragongo. A plusieurs reprises ces Rwandais ont envahi le sol congolais, les FARDC les pourchassent et ils prennent toujours la direction du Rwanda, avant de revenir avec des nouvelles énergies », dit Boniface Ruvuyuyeki, habitant du territoire de Nyiragongo cité par la radio allemande Deutsche Welle.

« Nous rappelons encore que même le M23 soutenu par l’armée rwandaise, a commandité d’énormes violations dans le territoire de Rutshuru et aujourd’hui, la présence de l’armée rwandaise a été rapporté sur le sol congolais au niveau de Kibumba. Voilà pourquoi je regrette de constater que le gouvernement congolais reste sans mot face à cette incursion qui viole les droits internationaux », à dénoncé, pour sa part, Roger Amani, un défenseur des droits de l’homme.

Des affrontements ont été signalés mardi 24 et mercredi 25 mai 2022 dans la localité de Kibumba dans le territoire de Nyiragongo, à quelques 30 kilomètres au nord de la ville de Goma. La population civile ayant fui vers la capitale du Nord-Kivu parle d’une attaque des forces de défense du Rwanda contre des positions des FARDC.

Sur la route principale du quartier Majengo situé au nord-est de la ville de Goma, ils sont nombreux les habitants de la localité de Kibumba ayant fui les affrontements. Florence Niyonzima, mère de deux enfants, attendait l’occasion de sortir de sa maison, mais ce n’est que vers 13 heures qu’elle a trouvé l’occasion de s’échapper, maintenant qu’elle est à Goma elle se sent en sécurité.

« Nous étions endormis avant d’être surpris par des détonations d’armes lourdes et légères à 3 heures du matin. Au réveil, nous avons trouvé beaucoup de militaires dehors en train de combattre, et nous n’avons pas trouvé le moyen de quitter la maison. C’est vers 13 heures, que nous venons de profiter d’une accalmie pour nous réfugier ici à Goma », explique Florence Niyonzima, habitante du territoire de Nyiragongo.

Cette situation survient moins de 48 heures après un communiqué de l’armée rwandaise qui indiquait que des roquettes de l’armée congolaise s’étaient abattues sur plusieurs localités de l’ouest du Rwanda tout proche de la frontière avec la RDC. Une affirmation qui a été rejetée par le porte-parole du gouverneur militaire du Nord-Kivu.

Kokolo Jean
Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici