Ecoutez cet article

Le projet de doter d’une jeep chacun des 500 membres de l’Assemblée nationale a déclenché une levée de boucliers et une tension à Kinshasa, où les sénateurs accusent le président Félix Tshisekedi d’avoir oublié la chambre haute du parlement dans cette démarche.

Tout est parti d’une première séance plénière ténue à huis clos en présence du président du sénat Modeste Bahati.

Selon nos sources recoupées , un sénateur qui a pris la parole au nom de ses collègues, s’est indigné de voir que le président Tshisekedi a voulu seulement « remettre les jeeps qu’aux députés , au lieu de les remettre à tous les parlementaires qui ont adhéré à la nouvelle coalition de la majorité parlementaire ».

A la question de savoir si un sénateur pouvait choisir un véhicule moins coûteux à la place de la palissade, la réponse est catégorique: non.

« Le sénateur Valentin Gerengo était catégorique. Il a bénéficié le soutien de tous les sénateurs qui fustigent cette injustice dans la dotation de ces véhicules car le parlement est bicaméral. Modeste Bahati a pris en compte leurs préoccupations et les a promis qu’ils recevront bientôt des véhicules du même coût que de l’Assemblée nationale » affirme une source au Parlement.

La remise des 500 jeeps aux députés a débuté à l’Assemblée nationale, pour un coût global de 27 millions de dollars, selon une source à l’Assemblée qui a requis l’anonymat.

Un geste qui passe mal actuellement, au regard de la situation économique difficile que traverse le pays. En effet, l’économie de la RDC « a été durement affectée par la pandémie du COVID-19”, note un communiqué du Fonds monétaire international datant de mai 2021.

Pressées sur les détails, les autorités se targuaient à évoquer « un montage financier » entre l’Assemblée nationale, les opérateurs économiques et les entreprises automobiles.

Abed Masiri
Africa 24 sur 24

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici