Écoutez cet article

 »En tant que ministre (de la communication et des médias), je peux échouer partout, mais je ne peux pas échouer sur les questions de la Radiotélévision nationale Congolaise (RTNC). Les problèmes de la RTNC sont comme les problèmes du Congo. Je rencontre des problèmes vraiment terribles », affirme, invité du Magazine Le Débat, le ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya.

Qui rappelle que  »nous avons lancé un processus interactif de changement de logo de la télévision nationale. Nous avons reçu 700 propositions de logos. Aujourd’hui, je suis content que les Congolais tiennent à leur télévision nationale. Quand je faisais des propositions au Conseil (des ministres) pour les états généraux, j’ai dit clairement aux membres du gouvernement que plus le peuple nous voit à la RTNC avec nos audiences, plus le peuple n’est pas content ».

Matériels en désuétude

« Les matériels qu’il y a actuellement à la RTNC sont en désuétude. Ce sont des matériels qui datent de 2009 ou 2010 alors que nous sommes en 2021. On ne peut pas implémenter la nouvelle charte graphique avec un signal comme des images de l’échographie ».

Pour améliorer la qualité de l’image de la RTNC, « il faut changer les caméras, la partie de la régie, les matériels de transmission et tout digitaliser. On nous a fait un état de besoin technique évalué autour de 13 à 14 millions d’euros. Les matériels de l’audiovisuel coûte cher, il faut trouver l’argent ».

C’est dans cette optique qu’il révèle que  »dans un ou deux jours, la RTNC va signer un contrat avec un prestataire qui va préfinancer et donner une ligne de crédit qui va nous permettre d’entamer ce processus de renouvellement ».

Redevance impayée

« La RTNC est un établissement public qui vit de subventions de l’État. Normalement, c’est un service qui devait se financer par la redevance, mais aujourd’hui les Congolais ne sont pas prêts à payer la redevance audiovisuelle », constate le ministre de la Communication et Médias.

« Si nous devons percevoir la redevance comme, c’est prévu et que tout le monde la paie, la RTNC serait la chaîne la plus riche. Mais malheureusement c’est la réalité qu’on a trouvée. Je ne veux pas être un ministre qui impose directement la coupure de signal. Avant d’aller à la coercition et à la contrainte il faut discuter, il faut donner la parole aux autres avant de sévir », estime-t-il.

 »La redevance peut-être reçue de plusieurs manières, par exemple avec les télé-distributeurs. Ils doivent normalement prélever 10% sur chaque abonnement pour la redevance. Mais malheureusement, ils ne le font pas et par conséquent ne paient pas la redevance. Pourtant, la redevance est un mécanisme rapide qui peut nous permettre de prélever les fonds, particulièrement avec les télé-distributeurs », déplore-t-il.

 »De toute évidence j’avais déjà dit que je serai intraitable. On a commencé des pourparlers. Que les gens ne se plaignent pas si demain ils apprennent qu’on a coupé le signal de certains télé-distributeurs. Aujourd’hui on s’est mis d’accord. Je vais observer leur volonté. S’ils ne respectent pas leurs engagements, je sévirai », prévient Patrick Muyaya.

Dieumerci Lusakumumu
Top Congo

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici