Ecoutez cet article

En République démocratique du Congo (RDC), la justice militaire a condamné ce lundi 10 janvier à perpétuité et rayé des cadres deux policiers, dont un officier supérieur, pour le meurtre en février 2018 du militant Rossy Mukendi.

Le jeune Rossy Mukendi avait été tué devant une paroisse lors de manifestations des laïcs catholiques et de l’opposition pour exiger le départ de Joseph Kabila et l’organisation d’élections dans le délai prévu. Après 1 an de procès, c’est la première fois que la justice condamne des forces de l’ordre pour des faits commis sous l’ère Kabila. Les deux condamnés doivent également payer ensemble (solidairement), 125 000 dollars de dommages et intérêts.

La commissaire supérieure adjointe Carine Lokeso est condamnée pour meurtre par violation des consignes. En effet, ce jour-là, la police avait interdit le port des armes à feu à ses troupes déployées pour encadrer les manifestations.

Or, pour la cour militaire de Kinshasa-Matete, c’est le garde du corps de Carine Lokeso, le deuxième condamné, qui est l’auteur du tir.

L’accusé a plaidé non coupable, affirmant que c’est un autre policier en cavale qui avait ouvert le feu.

« Il y a eu un rapport médical de l’expert en balistique qui a dit que la balle qui aurait mis fin à la vie du regretté Rossy Tshimanga était une balle létale que notre client ne possédait pas au moment des faits. Ça ce n’est pas le droit, c’est pour ça que nous allons nous pourvoir en cassation », argue Stéphane Tshimanga, son avocat.

La famille de Rossy Mukendi est satisfaite de la peine infligée mais elle trouve insuffisante les 125 000 dollars infligés comme frais des réparations des dommages causés. Ses avocats, dont Claude Kanyekete, espéraient neuf millions.

« Pour nous, en ce qui concerne la réparation des dommages et intérêts, le montant est insuffisant. Sur ce point-là, mes clients ont estimé qu’ils vont relever appel », informe leur conseil.

C’est un message fort aux forces de sécurité, commente l’ONG Human Rights Watch qui estime que l’usage d’une force excessive contre des manifestants pacifiques ne doit pas rester impunie.

RFI

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici