Ecoutez cet article

Le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso est visée par une pétition.

Quelques signatures sont déjà récoltées. La procédure est en train d’être formalisée avant sa déchéance. Initiée par Gratien de Saint-Nicolas Iracan, le coordonnateur du collectif 26 (un groupe de députés issus de 26 provinces), cette action vise à remettre de l’ordre au sein de la Chambre basse du Parlement après plusieurs failles de gestion politico-administrative dénoncées par les élus nationaux.

Dans la foulée, l’élu membre de la famille politique de Moïse Katumbi appelle l’Union sacrée à trouver un autre candidat plus compétent pour prendre le perchoir de cette institution.

« L’Assemblée nationale est le pilier de la démocratie et le socle du développement. Tant que nous ne saurons pas jouer notre rôle de parlementaire, aucun développement n’est possible. Sans un Parlement efficace, le développement est impossible. Le bilan sera toujours chaotique. Nous demandons à l’Union sacrée de la nation de nous trouver un autre candidat meilleur et compétent à la tête de l’Assemblée nationale. Une bonne politique parlementaire est la résultante de la stabilité institutionnelle et sociale. Le peuple congolais va découvrir la vérité », a-t-il indiqué.

Iracan pense qu’il est « temps de sauver le peuple congolais et la nation. Il exhorte ainsi ses collègues à ne pas être complices du chaos ».

« Nous n’allons pas nous décourager. Les députés qui se sentent justes et non corrompus, n’hésiterons pas à signer la pétition contre l’honorable Mboso », a-t-il souligné.

Le délai de 72 heures accordé au président de l’Assemblée nationale pour échanger avec les élus nationaux sur les griefs portés contre lui, a expiré depuis jeudi. Soucieux de redorer l’image de cette Chambre, les signataires de la pétition préviennent qu’ils ne vont pas reculer.

Reagan Ndota
Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici