Écoutez cet article

L’ONG Journaliste en danger (JED) a dénoncé jeudi l’arrestation d’un journaliste « violemment battu pour avoir couvert un meeting d’un candidat » d’opposition en République démocratique du Congo.

Ce « journaliste – technicien » d’une radio de la province du Kwilu à l’ouest de Kinshasa « a été interpellé, le mercredi 19 décembre 2018, au moment où il quittait sa rédaction par un groupe de policiers », selon JED, partenaire de Reporters Sans frontières (RSF). « Embarqué de force dans un véhicule », le journaliste a été conduit à la résidence « d’une députée locale de la majorité « où il sera ligoté et torturé pendant plusieurs heures avant son transfert à Kinshasa dans la soirée », selon JED. « Le journaliste est détenu dans un cachot du Commissariat provincial de la police de Kinshasa ». Joint par l’AFP, le porte-parole de la police de Kinshasa n’a pas donné suite ce jeudi, renvoyant sa réponse à vendredi. Le journaliste Rodrigue Ndakazieka « a été arrêté au moment où il venait d’assurer la retransmission en direct du meeting de l’opposant et candidat à l’élection présidentielle Martin Fayulu », selon JED. Cité par JED, le directeur de la Radio Mwinda, Jean Bosco Diona, affirme que « les installations de son média sont assiégées ». « Nous avons interrompu toutes nos activités. Tous les journalistes sont contraints de vivre dans la clandestinité à la suite de la diffusion en direct du meeting de Martin Fayulu », assure-t-il. Les élections initialement prévues le 23 décembre ont été renvoyées au 30 décembre en République démocratique du Congo, a annoncé la commission électorale. La campagne s’achèvera vendredi.

Belga

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici