Ecoutez cet article

Mieux vaut tard que jamais, dit-on ! C’est fait ! La majorité présidentielle (MP) vient enfin, officiellement, de féliciter le docteur Denis Mukwege pour sa très haute distinction internationale lui qui s’est vu décerné le 5 octobre le prix le prix Nobel de la paix pour son combat en faveur des femmes victimes des violences sexuelles dans l’Est de la RDC.

C’est son porte-parole Alain André Atundu qui s’en est chargé au cours d’une conférence de presse animée ce jeudi 24 octobre dans la concession Procoki non loin du supermarché GB.

Il aura donc fallu plus de 20 jours pour que la famille politique du président de la République adressât ses félicitations à celui qu’on appelle le »réparateur des femmes » et à qui un film sera consacré pour l’ensemble de son oeuvre en faveur des femmes violées.

Les félicitations tardives de la MP s’expliquent notamment par le fait que le travail de Mukwege, sans le vouloir, est un sévère réquisitoire contre le bilan sécuritaire de Kabila dans l’Est de la RDC.
La situation de ni paix ni guerre, qui perdure depuis plusieurs décennies dans cette partie orientale, de la RDC est à l’origine des viols massifs et répétitifs dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu notamment.

Mais pour le porte-parole de la MP, ce prix Nobel de Mukwege « est une avancées nationalistes de notre pays, selon le principe, le peuple congolais doit se prendre en charge que nous a légué M’zee et qui inspire toutes les actions du président Kabila depuis son avènement.

Dans le même ordre d’idées, la majorité a également profité de cette occasion pour féliciter le gouverneur du Lualaba, nominé par le magazine américain Forbes États-Unis pour, dit-elle, sa capacité à mettre en exécution sur le terrain, la vision nationale du développement. Une preuve, selon la MP, que la nouvelle répartition territoriale en 26 provinces, préconisée par le président Kabila, est la voie du développement car elle ouvre de nouvelles perspectives aux populations congolaises de l’arrière-pays.

Pour rappel, le ministre de la communication et médias avait déclaré, dans les heures qui ont suivi le couronnement de Mukwege, que cela n’était pas une »sanctification ».
Les médias publics n’en avait même pas parlé alors que l’information était mondiale.
La RTNC avait pondu un édito douteux dans lequel, la télévision publique minimisait la portée de ce prix qui est pourtant considéré, à juste titre, comme le plus prestigieux au monde.

Zabulon Kafubu

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici