Ecoutez cet article

Le procès en appel de Vital Kamerhe, directeur honoraire de cabinet du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, n’a pas eu lieu lundi 15 février 2021 comme prévu.

La déception a été palpable dans le camp de l’Union pour la nation congolaise ( UNC), parti politique cher à Vital Kamerhe. En effet, la Cour de cassation a mis momentanément en suspens la prestation de la Cour d’appel. Le leader de l’UNC n’a pu donc présenter ses moyens de défense devant les juges à l’occasion de l’audience qui a été prévue ce lundi 15 février 2021.

Son assistant Michel Moto a donné toute la lumière sur ce qui s’est réellement passé à la surprise générale des supporters de M. Vital Kamerhe qui attendent de ce procès, la libération de leur champion.

Selon ses propos, la Cour de cassation a suggéré à la Cour d’appel d’attendre qu’elle rende un jugement pour savoir la juridiction qui va statuer sur cette affaire.

«On n’a plus déposé la demande de liberté provisoire vu qu’une partie a brandi l’ordonnance qui impose la suspension et le renvoi à la Cour de cassation qui doit statuer sur quelle Cour va juger l’affaire. Cette ordonnance a été brandie par les avocats d’une partie accusée, pas nos avocats. Donc on attend la décision de la cour de cassation» , a écrit sur Twitter le bras droit de Kamerhe.

Il convient de relever qu’au sein de l’UNC on ne cesse de clamer l’innocence de leur leader qui a été condamné à 20 ans de prison en première instance du procès des 100 jours, le programme du président Félix Tshisekedi, dans son volet maisons préfabriquées.

Charles Masudi
Ouragan fm

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici