Écoutez cet article

Un camion-citerne transportant du carburant sur la route nationale n°1 Kinshasa-Matadi a terminé sa course dans un incendie le mercredi 14 septembre après, collision avec un camion remorque. L’explosion a provoqué la mort de 8 personnes, avec 20 personnes brûlées graves.

Ce drame s’est répété, à Mbuba, territoire de Madimba dans le Kongo Central, à 120 km à l’ouest de Kinshasa (250 km de Matadi) après celui d’octobre 2018.

Ce bilan, du reste provisoire, a été donné par l’administrateur adjoint du territoire de Madimba, Alphonsine Ndombe et confirmé également par le commandant du commissariat territorial de la Police nationale congolaise (PNC) de Madimba, Alain Mondaka

Selon des sources contactées, le camion-citerne qui provenait de Matadi est entré en collision avec un véhicule remorque vers 16 heures le mercredi 14 septembre. Le drame est survenu entre 2h00 et 3h00 après la collision lorsque la population a accouru vers les lieux de l’accident pour s’approvisionner en carburant. C’est à ce moment que le camion-citerne a explosé.

Ce qu’on devait craindre est malheureusement arrivé : huit personnes ont perdu la vie et une vingtaine d’autres ont été gravement brûlées.

Le gouverneur du Kongo Central, Guy Bandu, a ordonné que les personnes brûlées soient prises en charge. « Il est plus que temps de prendre des mesures draconiennes et courageuses pour renforcer la réglementation du transport, surtout celui des produits inflammables pour mettre fin à ce cycle de sinistres. La nationale numéro 1 ne devrait pas être un cimetière. La voie ferrée reste la seule alternative« , a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Ce drame est malheureusement le second qui vient d’endeuiller la localité de Mbuba, quatre ans après. En effet, c’était en début d’octobre 2018, qu’un autre drame du même genre s’y était produit, faisant une soixantaine de morts et une centaine d’autres brûlées grièvement : l’explosion d’un autre camion-citerne transportant le carburant après sa collision avec un camion remorque dans ce village de Mbuba.

« MBUBA NE DEVRAIT PAS ETRE UN CIMETIERE »

Face à ce drame, le Gouverneur du Kongo Central, Guy Bandu, s’est engagé à renforcer la réglementation du transport. La RN1 relie Kinshasa aux seuls débouchés maritimes de la RDC, Matadi et Boma.

Le nouveau drame de Mbuba, survenu pratiquement dans les mêmes conditions que le premier il y a quatre ans relance au grand jour la problématique de la sécurité qui doit entourer le transport des personnes, particulièrement des produits inflammables.

On rappelle que lors de l’accident du mois d’octobre 2018, on avait dénoncé le manque criant d’ambulances de secours qui devraient faciliter l’évacuation des blessés dans des centres hospitaliers.

Dès lors, des engagements étaient pris pour que de tels drames ne se reproduisent plus et si, d’aventure, ils se reproduisaient, que les pouvoirs publics devraient songer à prévoir des ambulances pour faciliter l’évacuation d’éventuels blessés en vue de minimiser le nombre de morts. Voilà qu’aujourd’hui, les mêmes causes reproduisent les mêmes effets.

On n’a donc pas pu, voulu tirer les leçons de l’accident de 2018, malgré toutes les promesses faites. Tant qu’on ne voudrait pas tirer les leçons de tragédies antérieures, un autre Mbuba est à craindre.

Kléber KUNGU
Forum des as

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici