Au premier plan des travaux de cent jours du président Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe est aujourd’hui au centre des accusations et responsabilités derrière ce fiasco. Mais, quelle est la part réelle de l’omniprésent Directeur de cabinet du président Félix Tshisekedi ?

Pour comprendre le rôle de Vital Kamerhe, il faut remonter le mandat de Félix Tshisekedi dans ses débuts. Au plutôt, au milieu. Le 1er juin 2019 au Stade des martyrs à Kinshasa, Paul Kagame se tient aux cotés de Félix Tshisekedi, alors que toute capitale congolaise rend hommage à l’opposant historique Etienne Tshisekedi. Mais un homme se faufile, glisse entre le protocole d’Etat et vient serrer la main du président rwandais. Il s’agit de Vital Kamerhe. Le Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi est partout. On le voit tantôt entre les deux présidents, comme donnant des « instructions ». Bien avant, dans toutes autres sorties de Félix Tshisekedi, Kamerhe est là.

Le fait est que depuis sa nomination au poste du Directeur de cabinet, l’ancien opposant forme un binôme bien étrange avec le président Félix Tshisekedi. Il était d’ailleurs, selon l’accord conclu avec ce dernier à Nairobi en 2017, son colistier, censé être nommé Premier ministre si Tshisekedi était élu. Mais, même si le nouvel accord conclu avec Joseph Kabila désillusionne un peu Vital Kamerhe, le privant ainsi de la Primature, le président de l’UNC profite néanmoins de sa nouvelle position pour jouer un rôle qui s’apparente de plus en plus à une co-présidence avec Félix Tshisekedi.

Quelques jours plutôt, durant ce même mois de juin 2019, Kamerhe signe un texte « au nom du gouvernement de la République démocratique du Congo » en Tanzanie, qui n’a pas manqué de faire parler de lui. Aux côtés de Félix Tshisekedi, en voyage, tout comme à Kinshasa, Kamerhe ne manque aucun moment pour se montrer visible. Il rééditera l’exploit au Burundi. Bien plus que ça, à la Présidence, c’est des proches de Félix Tshisekedi qui se plaignent de cette attitude. « Nous sommes face à quelqu’un qui veut à tout prix monopoliser toutes les actions du Chef de l’Etat, mais qui sert en réalité ses propres intérêts », confie un membre du Collège des Conseillers de Félix Tshisekedi à POLITICO.CD. « Jamais un Directeur de cabinet n’a tant pris de place aux côtés d’un Chef d’Etat », ajoute-t-il.

En donc, lorsque Félix Tshisekedi arrive au pouvoir, c’est bel et bien de Vital Kamerhe que vient l’idée même du programme des 100 jours qu’il ne tardera pas à porter. Tandis que le président Félix Tshisekedi continuait ses voyages à travers le monde, l’homme de confiance qui restait au pays s’occuper de ces travaux n’est autre que Vital Kamerhe.

L’architecte des 100 jours

Selon plusieurs sources, la main de Vital Kamerhe se fait sentir dans le dossier saut-de-mouton depuis le début. “Le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat est au coeur de la mise en place de ce dossier. Il était notamment à la charger de confier des marchés à des entreprises. Le plus souvent, sans appel d’offre“, explique une source proche du cabinet du président Tshisekedi.

La majeure partie de saute-de-mouton en construction à Kinshasa ont été confiés à Benjamin Wenga Basubi, directeur général de l‘Office de voirie et drainage(OVD), un très proche de Vital Kamerhe. Par ailleurs, à l’origine, dans le budget du programme de 100 jours, il était question de dépenser 22 millions pour la construction de ces ouvrages de saut-de-moutons. Mais en ce jour, on parle de plus de 46 millions de dollars, sans qu’une explications ne soit fournie cette hausse.

En outre, dans la polémique des 15 millions, l’affaire qui a secoué la RDC autour des prix des produits pétroliers en 2019, l’enquête des inspecteurs de l’IGF dévoile bien le pouvoir de Vital Kamerhe. C’est lui qui ordonne, en toute violation des lois, le virement de la décote à un compte du programme de 100 jours, prouvant au passage sa toute puissance autour de ce projet.

Étrangement, alors que le projet et les résultats de 100 jours sont décriés, c’est bel et bien Vital Kamerhe qui se bat bec et ongle pour affirmer qu’il s’agit d’une réussite. Au début de l’année, c’est un Directeur de cabinet du Chef de l’Etat très offensif qui annonce faussement des chiffres autour du taux d’exécution du programme des travaux et du budget, mais également une fausse date de livraison.

Étrangement, alors que le projet et les résultats de 100 jours sont décriés, c’est bel et bien Vital Kamerhe qui se bat bec et ongle pour affirmer qu’il s’agit d’une réussite. Annonçant des mauvais taux d’exécution du programme en terme d’avancement des travaux et du budget, mais également une fausse date de livraison. Alors que la tension monte, et que le président Félix Tshisekedi a décidé d’auditer ce projet, Vital Kamerhe et ses partisans sont les premiers à montrer au créneau pour clamer l’innocence de leur champion.

Politico

1 COMMENTAIRE

  1. Un voleur comme khamere, des gens ki nos pas pitié aux peuples, ils devront être pendu sans tarde koi, qu ils sachent il en aurez un grand retour pour eux, bandes voleur, des gens qui sont mal éduqué depuis leurs enfants est en plus ses des enfants bâtards , jamais ils iront au paradis avec leurs grand méchant de cette terre kabila, vouloir ou pas il va être juge

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici