Ecoutez cet article

L’arrestation puis l’assassinat du premier Premier ministre de la RDC, Patrice Emery Lumumba, sont à la base de toute la crise que connait le pays, jusqu’à ce jour. Le Premier ministre honoraire Adolphe Muzito, qui se reconnait comme un Lumumbiste, l’a affirmé mercredi 2 décembre à Kinshasa, à l’occasion de la commémoration du 60e anniversaire de l’arrestation de Patrice Emery Lumumba.

« Depuis la mort de Lumumba, le Congo notre pays a sombré sur les plan politique, économique et social. Ces ennemis n’ont jamais baissé la garde. Il se pose toujours le problème de légitimité de nos institutions politiques et de leurs animateurs, ainsi que celui de redressement économique et social de notre pays », a déclaré Adolphe Muzito.

Pour lui, chaque assassinat dans l’Est du pays poursuit la crucifixion de Lumumba.

« C’est la continuité de la stratégie impérialiste pour contrôler les richesses du Congo », a estimé Adolphe Muzito.

Il dit noter que Lumumba a résumé en lui seul le combat pour la liberté, la souveraineté, l’unité nationale et la lutte contre la pauvreté et les injustices.

Patrice Emery Lumumba a été arrêté le 2 décembre 1960. A cette occasion, la Fondation Emery Patrice Lumumba a ouvert un forum dans le but de « faire évoluer et avancer un élan démocratique et nationaliste en RDC », a fait savoir Roland Lumumba, fils du héros national.

Roland Lumumba, président de la Fondation Patrice Emery Lumumba, réaffirme son engagement à poursuivre le combat de son père :

« Je dois respecter les recommandations testamentaires sur ses enfants : ‘’je veux qu’on leur dise que l’avenir du Congo est beau et attend d’eux comme de chaque congolais d’accomplir sa tâche sacrée de la reconstruction de notre indépendance et de notre souveraineté. »

Radio Okapi

1 COMMENTAIRE

  1. Cher compatriote Adolphe Muzito, je m’oppose catégoriquement à ta façon de concevoir l’enfer que vit le Congolais actuellement sur le sol de ses ancêtres. La mort de Lumumba, loin d’être la base du calvaire que vit le Congolais au quotidien, elle est plutôt une résultante de l’inauthenticité congolaise. D’une manière brève, la colonisation a aliéné le Congolais à tel point que le Congolais a fini par perdre sa conscience. Le Congolais n’est que l’ombre de l’Occident. L’assassinat de Lumumba a été catalysé par l’extérieur et finalisé par les Congolais. Parmi les complices, le nom de Mobutu vient en tête suivi par l’Eglise Catholique, ensuite les Kasaiens qui par mauvaise foi ont refusé de sauver leur frère de sang alors qu’ils avaient tous les moyens pour forcer l’avion abord duquel se trouvait Lumumba d’atterrir sur leur territoire. Enfin de compte, c’est le malheureux Moïse Kapenda Tshombe qui a exécuté Lumumba pour subir le même sort plus tard. De nos jours, c’est Laurent Pasinya Monsengwo qui incarne toutes les marques de cette aliénation mentale congolaise. Notre frère avait la direction de la Conférence Nationale Souveraine Exécutoire dont la finalité était de démocratiser la RDC. Animé de mauvaise foi, Monsengwo jugea bon de se rallier à l’étranger au détriment de ses propres frères de sang. Comme conséquence, l’Occident arma le Rwanda et bien d’autres nations pour occuper la RDC. La tuerie de notre héro nationale Lumumba n’est que le reflet de la bassesse d’esprit et de la petitesse d’éducation du peuple congolais. Après tout, le comportement du Congolais est réductible à l’immoralité. L’argent suffit pour avoir un Congolais. En guise d’exemple, combien de Congolais se prosternent devant Hyppolite Kanambe, un petit rwandais au passé obscur ?

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici