Le président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a accordé mercredi 13 mars dernier, la grâce présidentielle à l’opposant congolais Franck Diongo ainsi qu’à des centaines d’autres prisonniers politiques.

Et pourtant, le président national du Mouvement Lumumbiste Progressiste, “MLP”, reste encore en prison.

Dans une interview accordée à tsur7.cd ce jeudi, le président intérimaire du MLP confirme que Franck Diongo ne sera pas libéré ce jeudi.

“Ce n’est plus aujourd’hui parce que nous avons envoyé les avocats à la présidence, ils se sont rendus compte que le dossier n’était pas encore transféré au ministère de la Justice, et ils l’ont fait seulement en présence de nos avocats. Le matin, nos avocats seront obligés d’aller au ministère de la Justice pour demander que le dossier soit transféré à la fois au niveau du Procureur Général de la République, “PGR”, et au niveau de Centre pénitentiaire de Kinshasa (ex prison de Makala).
Si cette formalité administrative se terminait avant 12h, nous sommes persuadés qu’il pourrait sortir demain”, a déclaré Lowata Ntambwe.

Cependant, le président intérimaire du MLP n’écarte pas l’hypothèse de voir l’opposant congolais Franck Diongo sortir de la prison ce samedi, soit dans 48h.

“…mais si toutes ces formalités ne sont pas terminées avant 12h, ou au plus tard 14h, nous pensons que la sortie serait possible le samedi”, a renchéri le président a.i du Mouvement Lumumbiste Progressiste.

Tout en affirmant que Franck Diongo se porte bien, L. Ntambwe remercie le président de la République Félix Tshisekedi pour le geste posé à l’égard de celui qu’on surnomme le “Héros vivant”.

“Le chef de l’État, je le remercie parce qu’il a fait son devoir, il a accordé la grâce présidentielle. Mon président a été injustement condamné et le président a usé de son pouvoir discrétionnaire. Nous le remercions pour ça”, conclut-il.

Rappelons par ailleurs que Franck Diongo et Firmin Yangambi, ainsi que des centaines d’autres prisonniers ont bénéficié de la grâce présidentielle mercredi dernier et des mesures de libération conditionnelle.

Cette décision est la concrétisation de la promesse faite par Félix Tshisekedi le 02 mars dernier lors de la présentation de son programme d’urgence pour ses 100 premiers jours, relative à la libération de tous les prisonniers en République Démocratique du Congo.

Jephté Kitsita

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici