Ecoutez cet article

Le Chef du gouvernement de la République démocratique du Congo, Sylvestre Ilunga Ilunkamba s’est envolé dimanche 24 janvier dans les après-midi à Lubumbashi, Chef-lieu de la province du Haut Katanga où se retrouve depuis un temps l’autorité morale du Front Commun pour le Congo FCC, Joseph Kabila, et d’autres cadres de ce regroupement politique après l’annonce par Félix Tshisekedi de la rupture de la coalition FCC-CACH.

Ce voyage d’Ilunkamba intervient pendant qu’à l’Assemblée nationale une motion de censure a été déposée contre lui, et qu’il est même attendu ce mardi 26 janvier à la chambre basse du parlement pour justifier son gouvernement.

Est ce, le Premier ministre va-t-il refuser de répondre à cette invitation de l’organe délibérant tel qu’estiment ses proches ? Quel mot d’ordre va-t-il recevoir de son autorité morale qui l’a invité à Lubumbashi pendant cette période ? La démission ou non ? Voilà des questions qui restent jusque-là suspendues dans l’air, alors que plus d’une centaine de personnes voire ceux de son regroupement politique, l’appelle à démissionner pour sauver son honneur.

Toutefois, avant son départ, le Chef du gouvernement a déclaré, “Je pars à Lubumbashi pour une réunion avec son Excellence Joseph Kabila kabange, Autorité morale du FCC. C’est lui qui a proposé mon nom comme candidat Premier ministre, ce qui a permis ma nomination par Son Excellence Monsieur le Président de la République” a écrit Ilukamba dans un communiqué sans signature et publié via le compte tweeter de la primature.

Par ailleurs, il s’insurge en faut contre tous les commentaires sur réseaux sociaux en son nom, provenant des personnes qui s’autoproclament proche de lui sans être mandaté.

“J‘ai lu dans divers médias des commentaires en mon nom des personnes s’autoproclamant proche du Premier ministre. En ce qui me concerne, la seule personne mandatée pour parler en mon nom, c’est mon porte-parole, comme cela était les rares fois que je me suis exprimé ces derniers mois“, a éclairé Sylvestre Ilunga Ilunkamba.

Rappelons qu’au moins 301 députés ont signé cette motion de censure contre lui cherchant à obtenir son départ à la tête du gouvernement pour permettre au Chef de l’État à bien former son gouvernement d’union sacrée de la nation après la rupture de la coalition FCC-CACH.

Jean-Paul Tshimanga
Election-net

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici