Le commissariat provincial de la police nationale congolaise ville de Kinshasa Sylvano Kasongo réagit aux manifestations de mercredi, aux alentours du Palais du peuple, siège du parlement.

“Ces manifestations ont troublé l’ordre public et causé des dégâts importants”, dénonce Sylvano Kasongo dans un communiqué ce jeudi.

“Plusieurs biens privés ont été vandalisés par les manifestants. 40 personnes ont été interpellées et 2 individus pris en flagrant délit de pillage avec preuve à l’appui ont été arrêtés. 18 personnes ont été blessées dont 15 policiers et 3 manifestants”, déplore le chef de la police de Kinshasa.

Il annonce des enquêtes.

“La police qui dispose des images prises par ces mêmes personnes ayant perpétré des actes de vandalisme et de pillage a déjà ouvert des enquêtes pour les retrouver et les déférer en justice”, précise t-il

Le commissariat provincial rappelle que, les mesures prises depuis le 22 juin par le président de la République pour faire face au coronavirus. Il annonce que, la police fera respecter l’état d’urgence en cours qui n’autorise pas le rassemblement de plus de 20 personnes.

« Toute manifestation publique est donc interdite. La police qui a reçu l’ordre du Commandant suprême de prévenir et contenir toute manifestation met en garde quiconque sera tenté d’organiser des manifestations illégales et s’attaquer aux personnes où à leurs biens », dit-il.

Plusieurs manifestants présentés comme militants de l’UDPS, ont assiégé mercredi, le siège du parlement, pour protester contre les propositions de la réforme judiciaire, initiées par les députés Garry Sakata et Aubin Minaku, également ancien président de l’Assemblée nationale.

Actualite.cd

1 COMMENTAIRE

  1. Monsieur Sylvano Kasongo ! C’est dans l’intérêt national que le peuple congolais a manifesté pour sauvegarder les intérêts nationaux. Les manifestations ont réussi à éteindre les intentions nuisibles du FCC. Malgré la condamnation de ces projets des lois par toutes les couches sociales de la RDC, les adeptes du FCC, ont fait la sourde oreille à la mise en garde de tous les dirigeants politiques du pays et se sont permis d’aller de l’avant avec leurs intentions diaboliques. Le peuple congolais a été provoqué et sa réaction a été tout-à-fait normal. C’est aux fauteurs des troubles (FCC) qu’incombe la responsabilité de ces dégâts.

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici