Ecoutez cet article

La coordination provinciale du parti politique Envol annonce pour ce samedi 30 novembre, le lancement officiel de la récolte des signatures de la pétition pour la révision de la constitution, dans la ville de Kinshasa. C’est ce qu’a fait savoir Jérémie Kilubu Matondo, coordonnateur provincial de Envol à Kinshasa au cours d’un point de presse tenu ce dimanche 24 novembre.

Pour lui, la révision de la constitution va faciliter la correction des faiblesses accusées par notre constitution et consolider les acquis démocratiques.

« Nous appelons les kinoises et Kinois à venir massivement ce samedi 30 novembre, au n°135 de l’avenue de l’Enseignement dans la commune de Kasa-vubu, signer la pétition pour faciliter la révision de notre constitution. Cette révision va permettre de corriger les limites affichées par notre constitution et en consolider les forces. Kisangani nous a donné l’exemple en récoltant plus de 10 000 signatures. C’est à présent le tour des Kinois de démontrer l’intérêt que nous avons à adapter notre constitution selon nos réalités actuelles », a dit Jérémie Kilubu Matondo, coordonnateur provincial du Parti que dirige Delly Sesanga.

Et d’ajouter :

« Je rassure aux Kinois que cette révision est pour notre bien. Elle corrige les faiblesses et consolide les acquis de notre constitution. Venez signer pour contribuer à l’évolution de notre jeune démocratie. C’est le bon moment pour commencer et clôturer ce débat ».

Jérémie Kilubu est également revenu sur les articles à réviser. Il garantit que l’article 220 de la constitution n’a pas fait l’objet d’une modification, car verrouillé par le constituant originel.

« L’article 220 n’a pas fait l’objet de révision car il est le condensé de notre lutte démocratique. Par contre, celui relatif à la nationalité, au mode de l’élection des sénateurs et des gouverneurs des provinces, le nombre de tours de l’élection présidentielle ont été modifiés. Nous proposons de ramener la présidentielle à deux tours pour résoudre la criante problématique de la légitimité. Nous voulons donner la possibilité à ceux de nos compatriotes, congolais d’origine, mais qui ont perdu la nationalité congolaise par l’acquisition d’une autre à la réintégrer. Donc, nous ouvrons la bi nationalité aux seuls congolais d’origine. L’élection des sénateurs à l’indirect s’est avérée une bourse des valeurs aux plus offrants. Nous la ramenons au direct », rassure-t-il.

La loi sur la révision constitutionnelle a été déposée lundi 19 août dernier, au bureau du parlement par les députés nationaux Jean-Marc Mambindi Koloboro et Simon Mulamba, tous deux cadres d’Envol. Ils sont respectivement Secrétaire Général et Secrétaire général adjoint chargés du Processus électoral.

Les deux ont lancé en date du 19 octobre dernier, la pétition à Kisangani (Haut-Uélé) pour récolter les signatures afin de favoriser l’examen de cette loi par la chambre basse du parlement. Selon la constitution, au moins 1OO OOO signatures sont requises pour amorcer l’examen d’une telle initiative.

Berith Yakitenge/Actualite.cd

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici