Ecoutez cet article

Ce n’est plus qu’une affaire d’heures, voire de quelques jours, pour en découdre avec le début de la fin de ce si long suspense qui aurait entouré la publication du gouvernement dit des ‘’Warriors’’. Devant un microcosme politique ayant subi une sérieuse et profonde mutation à la suite de la déflagration occasionnée par la rupture, depuis le 23 octobre 2020, de la coalition FCC-CACH et de la naissance de l’Union Sacrée de la nation, Sama Lukonde Kyenge, le tout nouveau Premier Ministre à la quarantaine révolue, nommé le 15 février 2021, ne devait ni céder à la précipitation, ni danser plus vite que la musique. Ainsi, a-t-il pris le temps de consulter, de fignoler et d’apprêter la mouture de son équipe gouvernementale voulue sensiblement réduite pour des raisons d’efficacité et dont la publication serait imminente. Plusieurs facteurs justifient, en effet, le retard que d’aucuns ont considéré, du moins jusqu’ici, comme étant contre-productif, au regard de multiples urgences auxquelles la RD. Congo est confrontée en cette période de marasme économique, des convulsions sociales et, surtout, de crise sanitaire de la pandémie à coronavirus.

Filtrage

La formation du Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation est une équation en ce qu’il faudra filtrer et tirer d’une large coalition de plus de 391 députés nationaux, un Gouvernement réduit de moins de 50 membres. Ceci exige aux partis et regroupements politiques de comprendre que tout le monde ne peut pas faire partie de l’équipe gouvernementale. L’objectif est d’avoir un Gouvernement réduit mais efficace dans un contexte de crise économique. Dès lors, des frustrations qui pourraient être exprimées, après la sortie du Gouvernement, seront à placer dans le cadre des visées purement politiciennes.

Représentativité des femmes

Un deuxième criterium pour la formation du Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation est la représentativité des femmes. Pour cela, ce sont les partis politiques qui doivent se faire violence et proposer suffisamment des candidatures féminines aux différents postes ministériels. Encore que les profils à proposer devraient tenir compte de la compétence. Si, jusque-là, on a parlé d’un nombre insuffisant des femmes, c’est certainement parce que les regroupements politiques n’ont pas proposé plus de femmes parmi les candidats. Les réglages à ce niveau occasionnent justement le retard de la sortie du Gouvernement.

Solidarité

Puis, enfin, troisième autre critère dans la formation du Gouvernement, c’est celui de la solidarité. Ceci veut que dans le Gouvernement de l’Union Sacrée de la Nation qu’il ait non seulement des représentants des partis politiques mais aussi certains membres de la Société civile et certaines catégories sociales défavorisées (personnes vivant avec handicap et les jeunes). Ce critère exige aux acteurs politiques à faire des concessions pour exprimer leur solidarité envers ces catégories sociales pour qu’elles soient représentées dans l’équipe gouvernementale.

La Prospérité

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici