Ecoutez cet article

La nomination du Sénateur José Makila au poste de Président du Conseil d’Administration (PCA) de la Société Commerciale des Transports et des Ports (SCTP) avait choqué une grande partie de l’opinion congolaise. Non sans raison car plusieurs fois ministres, gouverneur de province, mandataire public et Député national, José Makila ne manque d’expériences à faire prévaloir. Seulement, partout où il est passé, il ne s’est pas taillé la réputation d’être bon gestionnaire des deniers publics.

En effet, malgré la volonté manifeste du chef de l’Etat de relever les défis de plusieurs entreprises publiques devenues canard boiteux depuis des lustres, certaines personnalités incorrigibles du régime passé ne cessent de continuer avec les pratiques tant décriées par le fils du sphinx de Limete Félix Tshisekedi. C’est le cas de la SCTP, où son Président du Conseil d’administration (PCA), le sénateur José Makila ne cesse de passer de scandale en scandale de détournement des deniers publics.

En effet, tout a commencé par une lettre 025/SECONS-SCTP/DG/cns/02/2021 du 09 février 2021 adressée à la Direction Générale par le Secrétaire du Conseil qui n’est autre que la Neveu du Président du Conseil d’Administration José Makila Sumanda demandant au DG de procéder à la prise en charge du déplacement et soins médicaux du Président à Dallas aux USA. Cette correspondance avait comme sous bassement, la lettre du PCA adressée au Ministre du Portefeuille pour solliciter l’autorisation de sortie pour soins médicaux à Dallas, l’autorisation de sortie déjà accordée dont le numéro 030/MINPF/CM/CK/2021 datant du 05 février 2021 et un document de BodEvolve du centre médical qui devait l’accueillir aux USA datant du 03 juillet 2018.

Dans ce document dont votre média détient des copies, Monsieur José Makila devrait se présenter à ce centre pendant la période du 28 aout au 28 septembre 2018. A vrai dire ce document est périmé du fait que sa date d’émission et la période de son utilisation ne correspondent plus à son usage actuel.

Même si l’aval du Ministre du Portefeuille était obtenu avec une certaine légèreté à en croire les sources de bosolo.cd, l’œil observateur de la Direction Générale n’a pas échappé à cette tentative de détournement et faux et usage de faux qui est une infraction punissable en droit pénal congolais comme les faits sont présentés.

C’est ainsi, en date du 16 février 2021, le Directeur Général craignant la rigueur de contrôle des Inspecteurs des Finances avec tous les cas de déferlements en justice du moment, vu l’ancienneté du document, le DG de la SCTP Franklin Mabaya dit être embarrassé d’honorer la prise en charge médicale du Président du Conseil d’Administration (PCA) José Makila Sumanda aux USA.

Dans la pratique courante, le document de rendez- vous médical ou d’invitation médicale a toujours été récent afin de permettre au service chargé d’honorer le paiement pour lesdits soins de le faire en toute transparence financière afin de justifier la régularité de la dépense à engager. Le Président du Conseil José Makila a été obligé de faire l’éclairage de cette situation. Curieusement par sa note numéro 165/PCA-SCTP/DG/jms/02/2021 du 17 février 2021, José Makila a donné des explications qui ne tiennent pas débout et qui font planer le doute dans cette affaire qui du reste l’Officier du Ministère Public peut toujours se saisir pour l’infraction de faux et usage de faux et tentative de détournement.

Dans cette lettre dont copie est parvenue dans votre média, José Makila parle de son dernier voyage du mois d’octobre 2020. Pourquoi introduire dans le dossier un document qui ne concerne pas la période concernée par sa présence à la SCTP SA ? Sachant très bien qu’en 2018 José Makila était Ministre de Transports et non PCA de la SCTP SA.

C’est ainsi que dans sa lettre de réaction du 17 février 2021 à Monsieur le DG Mabaya, le Président Makila évoque l’hôpital JPS Health Network du 14/10/2020 qui lui a permis le précédent voyage qui tombe aussi en désuétude et qui n’a pas été mis parmi les documents en sous bassement de ce dossier.

Pour clôturer sa lettre, le PCA de la SCTP promet effectuer son déplacement et viendra avec les factures pour réclamer le remboursement à son retour, voilà comment la SCTP SA est saignée à blanc par ses prédateurs.

Ce qui étonne plus d’une personne, José Makila, Infirmier de formation est Sénateur, pourquoi doit-il s’accrocher à une entreprise malade qui n’a pas des moyens alors que le Sénat est capable de le soutenir sans problème ? Les travailleurs se posent la question si la même demande de prise en charge n’a pas été introduite au Sénat car il a une double casquette!

Dans sa lettre en réponse à celle du DG, ce dinosaure déclare qu’il doit se rendre tous les trois mois aux USA pour le soin des reins. Comment alors admettre qu’une telle personne puisse assumer des hautes responsabilités dans une entreprise à nerf tendu qui nécessite les hommes ayant une bonne santé ? Ainsi, disent les agents, José MAKILA étant improductif à cause de son état de santé doit carrément se reposer au Sénat.

Qui a bu boira dit-on ! José Makila n’est pas à son premier coup dans cette entreprise publique. Au moment où les agents sont en train d’écoper 22 pour certains et 25 mois pour d’autres de retard de salaire, selon les documents qui viennent de nous parvenir par ces pauvres employés de la SCTP ex ONATRA, le PCA José Makila a décidé d’envoyer les Administrateurs accompagnés des agents de l’Audit interne en missions de contrôle qui sont bien entendus dans le rôle reconnu au Conseil d’Administration mais, avec un scandale jamais vu dans la gestion d’une entreprise qui se respecte.

Incroyable mais vrai ! Monsieur le PCA José Makila pendant que lui-même est signataire de ces ordres de mission, s’est permis de se placer dans toutes ces missions comme superviseur et voire même dans la période pendant laquelle il s’est retrouvé aux Etats Unis en octobre de l’année 2020. Comment peut-on expliquer cela ? Il a bénéficié pour la même période 41 jours de mission à charge de la SCTP sans se rendre dans aucune de ces missions. Toutes ces missions sont établies à la même date et signées par lui-même. Quelle gabegie financière ? Pour les agents de la SCTP, ceci est tout simplement un détournement pur et simple de deniers publics. Comment se fait-il qu’un mois n’a que 30 jours mais un PCA le même mois se tape plus de 41 jours de mission sans se rendre compte qu’à son rang, il ne peut pas se le permettre? S’interrogent ces agents. Cette situation a été dénoncée en son temps même par une lettre des syndicalistes de Matadi dont votre média possède une copie.

Ainsi donc, les agents de la SCTP comprennent maintenant que la vigilance de Son Excellence Monsieur le Président de la République de retarder le paiement de la créance de la SCTP sur l’état de 207 MILLIONS de dollars était nécessaire. Ce montant une fois libéré allait prendre une autre destination estiment-ils. C’est ainsi, il fallait la présence des hommes qui rassurent à la tête de cette entreprise. Pour cela, ces agents de la SCTP sous couvert de l’anonymat disent félicitation à Son Excellence Monsieur le Président, grand visionnaire.

Tout en sollicitant une descente de l’IGF pour inspecter la gestion de cette entreprise afin de dénicher la mauvaise gestion provoquée sous l’influence de Monsieur José Makila Sumanda, les agents et cadres de la SCTP demandent à Son Excellence Monsieur le Président de la République avant même l’installation du Gouvernement de l’union sacrée de la nation de suspendre ce PCA et de placer un homme intègre à ce poste en attendant la mise en place des nouveaux mandataires.

Israël Mutombo
Bosolo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici