Ecoutez cet article

Le président du parti Envol a fustigé dimanche 21 octobre dernier la thèse selon laquelle, l’opposition ne serait pas prête pour aller aux élections. Thèse avancée selon lui, par Corneille Nangaa et Lambert Mende, au cours de la réunion inter-institutionnelle tenue le week-end dernier.

Dans une matinée politique de son parti organisée dans le district de la Tshangu à Kinshasa, Delly Sesanga a déclaré que l’opposition exigeait depuis 2016 déjà, la tenue des élections.

« Ceux qui aujourd’hui ne veulent pas des élections et font tout pour qu’elles n’aient pas lieu, c’est Nangaa et le gouvernement en place. Nous sommes ceux qui ont exigé les élections depuis le début et nous tenons à ce qu’elles soient organisées conformément à la loi, le 23 décembre 2018 », a déclaré D. Sesanga.

S’agissant de la machine à voter, le secrétaire général de Ensemble pour le Changement, plateforme politique de Moïse Katumbi ; a fait savoir qu’elle a pour objectif de favoriser la triche.

« La machine à voter est une mécanique mise en place par la Majorité pour tricher pour imposer au peuple congolais ce qu’il ne veut plus voir. Le peuple congolais veut le changement et on veut le lui ravir. On veut enlever cette victoire au peuple congolais et nous disons non », a-t-il dit.

Dans la foulée, D. Sesanga rappelle au porte-parole du gouvernement que lorsqu’ils se sont vus à la CENCO, ils avaient décidé que tout ce qui se fera, soit conforme à la loi. Et selon lui, la loi interdit la machine à voter.

« Nangaa veut transformer le grand rendez-vous de la démocratie congolaise en une expérience scientifique hasardeuse en imposant la machine à voter contre la loi et contre les principes que nous nous sommes convenus », a-t-il martelé.

Le président de Envol, souligne en outre, qu’aujourd’hui, c’est le temps de l’alternance et ce changement doit se faire par le biais électoral. Toute mécanique qui vise à priver le peuple congolais de ce changement, ils vont s’y opposer.

« Nous ne voulons pas de la machine à voter mais nous voulons les élections. Nous n’allons pas les boycotter. Avec la machine à voter, même Jésus-Christ ne pourrait gagner, car elle est faite pour faire gagner le poulin de la Majorité », a conclu Delly Sesanga.

Pour rappel, l’UDPS a jeté un pavé dans la marre en déclarant qu’elle irait aux élections de décembre prochain avec ou sans machine à voter (un dispositif controversé d’impression instantanée de bulletins de vote).

Jephté Kitsita

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici