Écoutez cet article

Des éléments armés ont troublé vendredi l’ordre public, portant atteinte aux paisibles citoyens engagés à défendre les institutions, répond Christophe Mboso aux accusations de Lamuka chargeant la police d’avoir tiré sur les manifestants pacifiques et d’avoir saccagé le siège de l’EciDé de Martin Fayulu sur le boulevard Triomphal.

« L’honorable président de l’Assemblée nationale informe l’opinion que les incidents déplorés ce vendredi 22 avril 2022 devant le Palais du peuple, ont été occasionnés par des inciviques armés, qui répondaient la veille à l’appel d’un haut-cadre de l’EciDé-Lamuka dans les médias locaux », précise un communiqué laconique signé par Samuel Mbemba, le directeur de cabinet du président de l’Assemblée nationale.

Le texte ajoute que les inciviques pré-rappelés ont causé « d’importants dégâts matériels à leur passage et porté atteinte à l’intégrité physique de paisibles citoyens venus soutenir les institutions de la République à l’occasion du débat sur l’examen de la loi électorale ».

Malgré la sanglante répression des manifestants, le speaker de l’Assemblée nationale assure à l’opinion que la liberté de manifester son opinion en public est constitutionnelle. « Cependant, il prévient que son abus peut tomber sous le coup de sanctions pénales ».

Deux personnes ont été blessées par balles vendredi à Kinshasa lors de la répression de cette manifestation de Lamuka contre l’ouverture des débats sur la révision de la loi électorale à l’Assemblée nationale de la RDC, boycottés par les élus d’opposition.

« Deux militants de notre parti sont blessés par balles tirées par des policiers alors qu’ils se trouvaient dans nos bureaux près du Palais du peuple », a affirmé Devos Kitoko, secrétaire général d’Ecidé, parti de Martin Fayulu qui continue de revendiquer sa victoire à la présidentielle de 2018.

Les deux blessés sont hospitalisés, a-t-il ajouté, précisant que plusieurs autres militants avaient été « arrêtés par la police ». Contacté, le colonel Pierrot Mwanamputu, porte-parole de la police nationale congolaise, a promis de se « renseigner .

Richard Ntumba
Ouragan

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici