Ecoutez cet article

À travers un communiqué rendu public dimanche 31 octobre 2021, le président du parti politique Ensemble pour la République, Moïse Katumbi, a annoncé la poursuite de ses consultations à Lubumbashi en début de cette nouvelle semaine, avant de donner sa position, notamment sur son départ ou pas de l’Union Sacrée de la Nation.

En réaction, Steve Mbikayi a appelé le même dimanche, les animateurs et membres de l’Union Sacrée de la Nation du président de la République Félix Tshisekedi à la vigilance face aux « agissements » de Moïse Katumbi.

À en croire l’ancien ministre des Actions Humaines et Solidarité Nationale, certains partisans de Moïse Katumbi résistent à leur leader car ils soutiennent déjà le chef de l’État.

« Ceci a plongé le président de l’Ensemble dans un embarras de choix entre claquer la porte de l’USN et y rester. C’est ainsi que de l’excès de zèle, il est passé au réalisme tout en ayant peur de se projeter dans l’inconnu », a indiqué Steve Mbikayi dans une déclaration.

Pour Steve Mbikayi, l’ancien gouverneur de l’ex-province du Katanga, incapable de se faire une nouvelle majorité, se rend de plus en plus compte de la réalité du terrain.

« Désemparement total ! De l’excès de zèle au réalisme ! Départ massif, débauchage pour nouvelle majorité…Mission impossible ! Finalement, le béton est tellement difficile à casser. On s’y accommode et on reste. On perd la face en attendant le moment propice qui ne viendra pas ! (…) En face, c’est la débandade ! Missions à l’étranger pour solliciter l’ingérence des puissances étrangères ! Une majorité d’hier qui répond à l’appel d’une infime minorité ! Un transfuge désemparé veut débaucher pour une impossible nouvelle majorité ! L’agitation et la peur sont perceptibles ! », a-t-il martelé.

Par ailleurs, le président du Parti Travailliste (PT) suggère que l’Union Sacrée de la Nation passe à l’action en faisant une grande démonstration de force.

« C’est la preuve qu’avec Félix Tshisekedi, nous sommes dans le bon. L’autre camp est dans un désespoir. Nous devons capitaliser notre position. Face à l’agitation des autres, nous devons rester sereins. Face aux voyages à l’étranger pour solliciter les ingérences, nous devons consolider nos bases et répondre aux attentes de notre peuple. Face aux petites actions de la minorité, nous devons faire de grandes démonstrations pour prouver que le peuple est de notre côté et corriger nos erreurs dans un débat qui doit être engagé à l’interne. En agissant ainsi, nous nous assurons de conserver notre pouvoir jusqu’en 2028. L’opposition qui est encore embryonnaire aura du pain sur la planche », a conclu Steve Mbikayi.

Pour rappel, les relations entre Moïse Katumbi et le président Tshisekedi ne semblent plus être au beau fixe depuis l’investiture de nouveaux membres de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). En effet, Moïse Katumbi et sa famille politique considèrent que l’entérinement des membres de la CENI a été fait en violation de la Loi.

Jephté Kitsita
7sur7

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici