Pour l’ONG, ce juge, qui assume l’intérim du président du TGI de la Gombe, a même siégé au cours d’une audience qui s’est tenue aujourd’hui liée au dossier des sauts de mouton.

La Fondation Bill-Clinton pour la paix (FBCP) dément les fausses rumeurs faisant état de la suspension du juge Pierrot Bankenge Mvita. L’ONG note que ce juge, qui assume l’intérim du président du Tribunal de grande instance (TGI) de la Gombe, et qui est également retenu dans le dossier sauts de mouton, a même siégé, le lundi 6 juillet, dans une audience au TGI/Gombe.

Dans un communiqué publié le week-end et dans une déclaration faite le 6 juillet, la FBCP a confirmé que le juge président de la composition qui avait condamné Vital Kamerhe et tous ses co-accusés dans le procès du programme des 100 jours du chef de l’Etat, Pierrot Bankenge Mvita n’a jamais été suspendu comme le prétendaient certaines rumeurs.

Selon ces informations qui circulaient sur la toile, le juge président dans le dossier Vital Kamerhe serait suspendu de ses fonctions de juge avec d’autres magistrats dont Tshisuaka Nkolomonyo et Kanyama Abdoul, dans le jugement sous RC 17608 opposant la société KM OIL contre le Fonds de promotion de l’industrie (FPI).

A en croire le président de la FBCP, Emmanuel Adu Cole, au 1er juillet 2019, le juge Pierrot Bankenge Mvita et sa composition avaient un « petit problème » avec leur hiérarchie, au sujet du dossier sous RC 17608 société KM OIL contre FPI. Cet activiste des droits de l’homme rappelle que pour raison d’enquêtes, ces juges ont été suspendus pour un délai de trois mois. « Ces enquêtes ont abouti à leur innocence et ils ont été rétablis dans leurs droits », a souligné Emmanuel Cole.

La FBCP, qui pense que la justice équitable est un gage de la paix, de la stabilité politique et du développement durable, note, en ce qui concerne le juge Bankenge, que ce dernier est un magistrat chevronné et intègre. « C’était le même juge Bankenge qui avait condamné Vital Kamerhe à 20 ans de prison ferme et aux travaux forcés, le sujet libanais Jammal Sammy, à 20 ans de prison et Jeannot Muhima à 2 ans de prison ferme », a rappelé cette ONG.

La FBCP dit profiter de cette occasion pour saluer la détermination du procureur général Adler Kisula et tous les magistrats du Parquet général près la Cour d’appel de Matete dans le combat des antivaleurs dans tout le front. L’ONG appelle tous les magistrats à suivre leur exemple pour lutter contre les intouchables malgré les conditions extrêmement difficiles dans lesquelles travaillent les magistrats. Du président de la République et du Premier ministre, cette ONG dit attendre de tout mettre en œuvre en vue d’améliorer ces dites conditions de travail des magistrats par l’augmentation de leurs salaires. L’association recommande ces mêmes traitements pour les policiers, les militaires, les agents de service de sécurité et les fonctionnaires de l’Etat.

Lucien Dianzenza
Adiac-Congo / MCP

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici