Ecoutez cet article

Intervenant lors du briefing conjoint avec les porte-parole de l’armée et de la police le lundi 30 mai 2022, le porte parole du gouvernement de la République Démocratique du Congo dit ne pas exclure l’opinion de dialoguer avec son voisin, le Rwanda, malgré les tensions observées ces dernières semaines entre les deux nations à la suite de la résurgence des rebelles du M23.

« Vous savez qu’actuellement même les Russes et Ukrainiens continuent de parler parce que c’est par l’Ukraine que les Russes fournissent le gaz à l’Europe et nous, cette situation ne nous écartera pas de la voie royale que nous avons choisie. Aujourd’hui, on veut nous mettre dans une situation de défense de l’intégrité du territoire et nous donnerons tout pour ça mais l’objectif de départ pour nous comme pays central au cœur de la sous région, c’est de dire aux autres nous nous avons été victime pendant des années de la plupart de nos voisins (…). Nous avons fait le choix de regarder le futur, c’était en réalité un choix de grandeur à la dimension de notre pays et donc aujourd’hui nous ne pouvons pas fermer toutes les options des discussions mais à condition que ceux qui veulent discuter avec nous viennent avec un esprit sincère comme le nôtre, notre sincérité qui peut passer dans notre opinion publique parfois un peu comme de la naïveté », a déclaré Patrick Muyaya

Et d’ajouter :

« L’élan de mobilisation que nous sentons dans la population autour de notre armée, autour de nous même nous galvanise d’avantage et donc il faut considérer que nous nous défendrons l’intégrité de notre territoire à tout prix si les gens pensent qu’ils peuvent continuer à s’y hasarder mais pour le reste venez mais discutons sincèrement sans agenda caché, sans des prétextes fallacieux pour venir troubler la quiétude « .

Il sied de rappeler que les Forces de défense rwandaises (RDF) ont alerté la semaine dernière que ces deux soldats ont été enlevés lors d’une patrouille et sont détenus dans l’est de la RDC par des rebelles des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR).

Cet incident fait suite à une attaque menée en début de semaine le long de la frontière par les forces congolaises et les rebelles des FDLR, selon l’armée rwandaise.

Les combats entre les forces congolaises et le M23 ont éclaté sur plusieurs fronts cette semaine au Nord-Kivu, une province orientale de la RDC déchirée par la guerre, frontalière du Rwanda.

Kinshasa affirme que le M23 – un principalement composé de Tutsis congolais, parmi la centaine de groupes armés opérant dans l’est de la RDC – est soutenu par le Rwanda. Kigali a nié toute implication.

Samedi, les autorités congolaises ont décidé de suspendre les vols de la compagnie RwandAir.

La RDC et le Rwanda entretiennent des relations tendues depuis l’arrivée massive dans l’est congolais de Hutu rwandais accusés d’avoir massacré des Tutsi lors du génocide des Tutsi au Rwanda perpétré en 1994.

Kinshasa a régulièrement accusé le Rwanda de mener des incursions sur son territoire et d’y soutenir des groupes armés.

Les relations avaient commencé à se dégeler après l’élection du président congolais Félix Tshisekedi en 2019, mais la résurgence des attaques du M23 a récemment ravivé les tensions bilatérales.

Sylvain
Africa 24sur24

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici