“La douleur est profonde, mais elle ne doit pas nous ébranler”, écrit, sur son compte Twitter, le PPRD après la destitution de Jeanine Mabunda, et de tout le bureau de l’assemblée nationale, de ses fonctions de présidente de l’Assemblée nationale.

Échec total du FCC

Le 2ème vice-président, Balamage Nkolo (AAB), le rapporteur Celestin Musao (AAA), la questeure, Marie-Claire Alfani Machozi (AFDC-A) et, plus étonnant, son adjoint Jacques Lunguana (MLC), un très proche de Jean-Pierre Bemba, n’ont pas passé le cap des pétitions.

Ce dernier, pourtant membre de l’opposition, est aussi passé à la trappe des pétitions initiées par son collègue du même parti.

“Remise en cause indispensable”

Le parti de Joseph Kabila dont la désormais ancienne présidente de l’Assemblée nationale est membre exhorte : “courage camarades. On ne gagne pas à tous les coups. Redressons nos têtes rapidement. Continuons la lutte, chers soldats”.

“L’heure est venue pour que des changements profonds s’opèrent au PPRD ainsi qu’au FCC”, ecrit Patrick Nkanga sur Twitter, au moment où la coalition soutenant le président Kabila a vu la déchéance des piliers principaux du regroupement à l’assemblée nationale.

“Il nous faut, nous FCC en tirer les enseignements et les conséquences, en commençant par la démission du Coordonnateur” Nehemie Mwilanya (photo), dit aussi Yves Kisombe,

“Et la majorité bascula”

Moïse Katumbi, qui estime que les députés “ont répondu aux attentes de la population et honoré la mémoire de nos martyrs”, note qu'”il n’y a plus d’obstacles pour conduire une politique en faveur de la population et mettre en œuvre les propositions issues des consultations” non sans féliciter les “députés pour ce vote historique”.

Pour sa part, Noël Tshiani, ancien candidat président de la République écrit : “je suis très content”.

Adam Bombole s’exclame : “et la majorité bascula”.

Le président du parti politique ECCO annonce “un nouveau départ pour un état de droit conforme aux fondamentaux. Union sacrée de et pour la République”.

Delly Sesssanga pense que “la déchéance de Jeanine Mabunda symbolise la victoire historique de la démocratie sur l’arbitraire. Victoire du peuple”.

Pour lui, cette destitution “sanctionne son manque d’esprit de chef de corps, son gangstérisme parlementaire et un manque de leadership évident dans la conduite des affaires parlementaires”.

Le parti politique de Claudel Lubaya est formel : “ce scrutin historique précipite le FCC dans l’opposition et constitue l’acte fondateur de l’union sacrée”.

C’est dans ce contexte que la secrétaire générale du MLC de Jean-Pierre Bemba tweete : “FCC, le compte à rebours est engagé ! Le changement de système a été le choix en RDC!”.

Top Congo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici