Écoutez cet article

C’est ce qui ressort de son équipe de communication, qui jubile depuis quelques jours sur une décision de justice rendue il y a quelques jours.

À en croire un article publié dans le média en ligne «Vraies-infos.net», la justice congolaise vient de se prononcer définitivement dans ce dossier qui a pourtant connu plusieurs rebondissements. Moïse KATUMBI n’ayant plus aucune option à faire valoir devant les instances judiciaires, il est sommé de rendre à Pascal BEVERAGGI tout ce qui lui a été pris irrégulièrement.

Pour revenir à ce dossier qui rappelle un film tourné avec plusieurs épisodes, l’opinion a assisté à des tirs croisés entre les deux parties où quelques fois les armes utilisées étaient non conventionnelles. Tout a été dit et écrit ou presque. Peut-on considérer cette fois-ci que cette étape soit la dernière arme qui met effectivement Moïse KATUMBI chaos définitivement ?

Les juristes peuvent le commenter à leur guise. Mais la sortie médiatique du camp BEVERAGGI, qui n’est toujours pas contredit à ce jour par le camp KATUMBI, laisse le champ libre à toute imagination. Cette information revêt de plus en plus le caractère du vrai, à charge par le camp KATUMBI de la démentir

Si les faits sont attestés, c’est un grand soulagement pour plusieurs travailleurs de NB MINING AFRICA qui se sont vus licenciés sans préavis. Les supporters du FC SAINT-ELOI LUPOPO, qui gardent de bons souvenirs de leur président honoraire, ont encore là toutes les raisons de se réjouir d’une telle décision.

Il faudra néanmoins attribuer des lauriers à la justice congolaise qui vient, par cette décision que brandit le camp BEVERAGGI, de fournir la preuve d’un avancement de l’Etat de droit, prôné par le Président de la République.

Tout compte fait, Pascal BEVERAGGI dit être réhabilité dans ses droits et Moïse KATUMBI brille par le silence. Les lecteurs peuvent déjà se faire leur idée, en attendant la production de l’arrêt de cette affaire par le camp BEVERAGGI. Il faut dire que même la justice elle-même ne l’a conteste pas.

Tout en souhaitant bon vent à Pascal BEVERAGGI pour une bonne marche de ses affaires en République Démocratique du Congo, il serait souhaitable que tous ses avoirs lui soient restitués dans le meilleur délai.

Jacrecia Ngunza
Le phare Online

SOMBA,TEKA Ofele

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici