“Les appels ont été déjà interjetés en date de 22 et 24 juin de l’année en cours” contre la décision condamnant Vital Kamerhe à 20 ans des travaux forcés et 10 ans d’inéligibilité pour détournement des deniers publics dans le cadre de l’exécution des travaux du programme d’urgence de 100 jours du Chef de l’Etat.

Sur TOP CONGO FM, Me Jean-Marie Kabengela souligne que ces appels “ont été faits dans le délai et nous attendons que l’administration du tribunal de Grande instance de Kinshasa/Gombe puisse faire monter le dossier à la Cour d’appel qui doit en connaître”.

Il relève que “ça tarde quand-même. On ne nous explique pas comment ça peut prendre beaucoup de temps pour que le dossier soit transféré à la Cour compétente”.

Mais, révèle, l’avocat de Vital Kamerhe, “c’est de la compétence du Tribunal de Grande instance de Kinshasa Gombe qui devrait accomplir sa tâche”.

Tout est à refaire

“Tout est à refaire. Il y a eu beaucoup de violation de règles de procédure et du fond” durant le procès 100 jours.

“Le premier juge n’avait pas bien dit le droit. Il n’a pas bien fait son travail. Le dossier doit être revu in globo”.

À l’issue de ce procès en appel, “nous espérons tout le bien pour notre client”, estime Me Jean-Marie Kabengela qui refuse de dévoiler les nouvelles stratégies en faveur de Vital Kamerhe, le toujours directeur de cabinet du Chef de l’Etat.

Top Congo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici