Ecoutez cet article

Les élections prévues en principe en 2023 sont vers un rendez-vous manqué?

Plus d’une personne se pose une pareille question au regard du climat politique actuel.

Tous les signaux sont rouges, et le régime de Tshisekedi avoue même que l’échéance sera conditionnée par le recensement général de la population congolaise.

Dans une déclaration faite ce mardi, le G13 constate qu’une année après le lancement de son appel du 11 juillet 2020, et de son initiative de recherche du consensus auprès des forces politiques et sociales, la situation générale demeure préoccupante, au vu des conditions socio-politiques et économiques prévalant dans le pays.

Dans cette déclaration, le G13 estime que sur le plan politique, à 844 jours du délai constitutionnel pour la convocation des scrutins de 2023, l’option levée par le Gouvernement tendant à conditionner la tenue des élections au recensement de la population relève manifestement des calculs politiques trop osés, qui participent de l’orchestration des scrutins, pour la tenue desquels les institutions publiques se déresponsabilisent désormais publiquement.

À en croire le G13, les initiateurs d’une telle approche défient le bon sens et s’interdisent expressément de tirer les leçons du passé récent que personne ne voudrait rééditer.

Gilbert Ngonga
24h

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici