Ecoutez cet article

La bataille n’est plus que juridique mais aussi virtuelle. Depuis quelques jours, Modeste Bahati, Steve Mbikayi et Néné Nkulu s’affrontent via twitter. Et c’est Modeste Bahati qui s’est lancé en premier en s’étonnant de voir « des ministres nommés frauduleusement se faire appeler EXCELLENCES et de surcroît plus visibles que les autres dans les médias et les réseaux sociaux ». Selon lui, c’est une « façon de se moquer de l’État de droit en jouissant du patrimoine de l’AFDC-A conquis à la sueur ».

En réaction, Néné Nkulu, présidente de l’aile restée fidèle à Joseph Kabila estime que « la cause du peuple ne nous permet pas de nous lancer dans la guerre des mots sur les réseaux sociaux au risque de perdre de vue l’essentiel de notre mission ».

Alors que les Bahatistes l’accusent d’avoir trahi en créant la dissidence, la ministre en charge du travail pense que « la population attend de nous l’excellence et non des querelles politiciennes inutiles ».

Également membre de l’AFDC-A restée loyale au FCC, Steve Mbikayi avait aussi réagi au tweet de Modeste Bahati, affirmant qu’un ministre en fonction ne doit pas répondre aux attaques. Qu’elles soient frontales ou à peine voilées ».

Initiateur de ce groupe politique, Modeste Bahati Lukwebo avait été chassé fin juin du Front Commun pour le Congo après s’être opposé à la candidature de Alexis Thambwe Mwamba au perchoir du Sénat. L’ancien ministre qui avait déclaré vouloir recouvrer son indépendance avait été aussi désavoué par certains cadres du regroupement qui ont réitéré leur loyauté à Joseph Kabila dont Steve Mbikayi et Néné Nkulu, tous nommés au sein du gouvernement Ilunkamba.

Siméon Isako et Amiral T

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici