Ecoutez cet article

Arrêté depuis 2008 et condamné à 18 ans de prison, le sénateur congolais espère, à travers l’appel fait par ses avocats, obtenir la réduction de cette peine, tandis que la Procureure de la Cour Pénale Internationnale souhaiterait même une peine plus lourde !

La Chambre d’appel de la Cour Pénale Internationale (CPI) tiendra une audience publique le 8 juin 2018 à la Haye, pour se prononcer sur l’affaire Jean-Pierre Bemba Gombo dont les avocats avaient appel à sa condamnation à 18 ans de prison.

Au cours de cette importante audience publique qui se tiendra au siège de la CPI, aux Pays-Bas, La Coup Pénale Internationale va donc prononcer ses jugements concernant les appels à l’encontre du verdict et de la peine prononcés dans cette affaire par la Chambre de première instance III. La Chambre d’appel est composée de Mme la juge Christine Van den Wyngaert, Juge présidente, M. le juge Chile Eboe-Osuji, Mme la juge Sanji Monageng, M. le juge Howard Morrison, et M. le juge Piotr Hofmañski.

Pour rappel, le 21 mars 2016, le sénateur et ancien vice-président de la RDC, Jean Pierre Bemba, a été déclaré coupable au-delà de tout doute raisonnable, en tant que chef militaire, de deux chefs de crimes contre l’humanité (meurtres et viols) et de trois chefs de crimes de guerre (meurtres, viols et pillage), commis en République centrafricaine entre octobre 2002 et mars 2003.

Le 21 juin 2016, la Chambre de première instance III a condamné Jean-Pierre Bemba à 18 ans d’emprisonnement. Suite à ces décisions, le sénateur Bemba a fait appel du verdict et de la peine et le Procureur a fait appel de la peine. En détention à la CPI depuis 2008, le sénateur congolais et leader du Mouvement de Libération du Congo (MLC) espère, à travers l’appel fait par ses avocats, obtenir une réduction de sa peine.

Mais, si cette peine est revue à la hausse comme semble le vouloir la Procureure de la CPI Fatou Bensouda (qui vient d’effectuer dernièrement un bref séjour à Kinshasa où elle a même rencontré le chef de l’Etat congolais Joseph Kabila), ce serait un coup dur pour l’opposant congolais.

Pour rappel ,Jean Pierre Bemba a été reconnu coupable, de deux chefs de crimes contre l’humanité (meurtre et viol) et de trois chefs de crimes de guerre (meurtre, viol et pillage).

Ces crimes auraient été commis lors de l’opération menée en République centrafricaine du 26 octobre 2002 ou vers cette date jusqu’au 15 mars 2003 par un contingent du Mouvement de Libération du Congo (MLC).

La Tempête / La Prospérité / MCN

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici