Ecoutez cet article

Kalev Mutondo conteste la qualité, mieux la compétence du magistrat instructeur de son dossier au Parquet général près la Cour d’Appel de Kinshasa Matete. Dans une correspondance datée du 6 mars courant, adressée au Procureur général près cette Cour, avec copie pour information au Procureur général près la Cour de cassation, l’ancien patron de l’Agence nationale des renseignements (ANR), ne demande pas mieux que de décharger M. Robert Kumbu Phanzu à qui a été confiée l’instruction du dossier.

Selon Kalev, ce magistrat instructeur a exercé, pendant plusieurs années, la fonction de Conseiller politique du DG de la DGM. Bien plus, Robert Kumbu Phanzu, en sa double qualité de conseiller politique et d’agent de l’administration, avait été affecté par la DGM en tant que membre de la Commission des OPJ des services de l’Ordre, de Sécurité et de la défense de la RD Congo siégeant en son temps à l’ANR qui avait eu à examiner certains dossiers.

Par ailleurs, Kalev Mutondo ne comprend pas l’attitude du même magistrat instructeur qui tient à tout prix à engager des poursuites contre lui, malgré l’avis négatif de l’actuel Administrateur de l’ANR, clairement donné dans sa correspondance adressée au Procureur général près la Cour d’Appel de Kinshasa/Matete, en date du 23 février dernier. Aussi, pour toutes ces raisons, Kalev estime-t-il que la décharge du magistrat Robert Kumbu Phanzu donnerait le gage d’une justice impartiale.

DES MANIPULATIONS politico-tribalo-judicaires hyper médiatisées

De leur côté, Me Gilbert Makanzu Mahunda et Me Clément Tshitembo Mulang, membres du collectif d’avocats de Kalev Mutondo, stigmatisent le caractère irrégulier du procès de leur client, dans l’affaire qui l’oppose à un groupe de plaignants. Pièce contre pièce, la défense de l’ancien patron de l’ANR, après une étude sérieuse des 12 plaintes contre Kalev, fait ressortir qu’aucun acte précis n’est imputable personnellement à leur client et justifierait sa comparution en Justice. Car, selon les avocats conseil de Kalev Mutondo, les plaintes contre leur client sont motivées sur base des faits qui ont été, soit commis par d’autres agents des Services de l’Etat, soit pendant la période où l’accusé, Kalev Mutondo, n’était pas encore nommé à la fonction d’Administrateur général de l’ANR.

Dans la conclusion de leur étude, le collectif d’avocats de Kalev Mutondo souligne que tous les plaignants interpellés, l’ont été par des Services d’Ordre, de Sécurité et de Défense autre que l’ANR. En tout état de cause, Me Gilbert Makanzu Mahunda et Me Clément Tshitembo Mulang font remarquer que les allégations portées devant le Parquet général contre la personne de Kalev Mutondo sont mal dirigées en ce que, en son ancienne qualité de haut fonctionnaire de l’Etat, il ne peut en répondre à ce jour, à titre individuel, ni au nom de l’Etat, n’en ayant été que préposé, ni au nom de différents services intervenants sur lesquels il n’exerçait aucun pouvoir.

Par ailleurs, la défense de l’Administrateur général de l’ANR dit être stupéfaite de constater, pour une première fois, la médiatisation exagérée des allégations des personnes se déclarant victimes de tortures physiques et morales, d’arrestations arbitraires …. Selon la Défense de Kalev, c’est cette médiatisation qui a donné lieu à un afflux de plaintes dans un segment de temps très court. Soit, de janvier à février 2021. « Ce qui concourt à démontrer l’existence d’un complot, d’une manipulation et des montages grotesques des allégations qui ne sont que de pures calomnies destinées à régler des comptes à une personnalité qui, pendant toute sa carrière de Haut fonctionnaire de l’Etat, n’a fait que son devoir, dans le respect de la Constitution, des lois et Règlements de la République », conclut la défense de Kalev.

24h

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici