Ecoutez cet article

Ça sent la brûlure du torchon entre le Ministre en charge de l’Enseignement Primaire Secondaire et Technique (EPST), Tony Mwaba et l’Inspecteur Général des Finances, Jules Alingete.

Après la sortie médiatique du ministre de l’ESU, dans laquelle il s’est dit « victime de la vengeance » de Jules Alingete pour avoir bloqué un contrat de cartes biométriques aux élèves de ses amis et que ce dernier userait du trafic d’influence au non du Chef de l’État, la réaction ne s’est pas faite attendre.

En effet, l’inspection générale des finances a, dans un communiqué de presse rendu public ce lundi 16 août dans la soirée, fixé l’opinion suite aux réactions du Ministre de l’EPST au sujet des fonds de collation aux intervenants du TENAFEP, lesquelles réactions sont consécutives aux dispositifs mis en place par elle (IGF) pour assurer la traçabilité de leur utilisation étant donné de fortes inquiétudes observées quant à leur destination.

Par ailleurs, l’IGF demande à toute personne qui s’invite dans la manipulation des fonds publics à respecter les Lois et Règlements en matière des finances publiques, car selon elle, « Le Contrôle s’impose à tous ».

À propos du dossier « VERIDOS », l’IGF a rejeté en bloc toutes les allégations du Ministre de l’EPST tout en précisant qu’il ne se trouve ni de près ni de loin concerné par le dossier précité.

‹‹ Les allégations populistes du Ministre de l’EPST sont sans fondement parce que cette société Allemande avait déjà été payée par le Ministère des finances au mois de février 2021, soit deux mois avant que lui ne devienne Ministre. Le prétendu blocage des fonds évoqué par lui est donc utopique ››, précise l’Inspecteur Général des Finances Jules Alingete.

Pour rappel, c’est depuis ce lundi 16 août que l’affaire de la somme de collation aux intervenants du TENAFEP défraie l’actualité en RDC.

Olivier Rolland Tshimanga
24h

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici