Ecoutez cet article

La suspension des activités des organes délibérants des provinces va parfaire les mesures prises par le chef de l’Etat dans la lutte contre la propagation de la pandémie du Covid-19. C’est ce que soutient le député national Delly Sesanga.

L’état d’urgence décrété mardi 25 mars dans la soirée par le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo suite à la pandémie du COVID19, n’a pas laissé indifférent le député Delly Sessanga, auteur de cette proposition.

Pour le président de la formation politique «Envol», la déclaration de l’état d’urgence à cette étape dans la prise de conscience des pouvoirs publics face au danger qui guette la nation est une bonne initiative.

« Le pays doit être mobilisé comme s’il était en guerre contre cet ennemi invisible qu’est le Coronavirus. Je suis donc satisfait à cette étape que le chef de l’Etat ait suivi l’appel que je lui avais lancé en vue de cette proclamation d’état d’urgence. Appel par ailleurs relayé par d’autres collègues », a-til rappelé.

Selon lui, l’état d’urgence constate un état d’exception dans lequel le pays est plongé de fait depuis le début de cette épidémie. «Rappelez-vous, le Sénat avait suspendu ses travaux après l’ouverture de la session de mars. Il a été suivi par l’Assemblée nationale ainsi que par le Gouvernement qui a suspendu les réunions du Conseil des ministres. On ne pouvait pas sans un encadrement juridique adéquat et la solennité nécessite laisser prospérer ces mesures une à une et de façon isolée », a-t-il souligné.

Et déjà, les décisions du gouverneur du Haut Katanga ont démontré par la suite qu’il devenait nécessaire qu’un leadership cohérent balise le cadre d’action pour éviter l’anarchie et l’arbitraire.

Ainsi, Delly Sessanga pense que la déclaration de l’Etat d’urgence est une première étape dans la stratégie d’accompagnement de la mise en œuvre de la riposte contre le Coronavirus.

Il revient, poursuit-il, au gouvernement de préparer d’ores et déjà la proposition de loi sur les modalités de mise en œuvre de l’état d’urgence.

Et compte-tenu de la suspension actuelle, ajoute-t-il, l’Assemblée nationale et le Sénat devraient adapter un format particulier pour se réunir afin de statuer rapidement sur la question.

Si donc Félix-Antoine Tshisekedi a pris la mesure de la situation, du reste grave par rapport au système sanitaire du pays, il reste donc à parfaire ces mesures avec notamment la suspension des activités des assemblées provinciales dont la rentrée a lieu dans une dizaine de jours, suggère-t-il.

Le président du parti Envol explique que l’on doit prendre cette décision «parce qu’on a interdit le rassemblement de plus de 20 personnes et qu’aucune assemblée provinciale n’a moins de 20 députés.

Dans la foulée de son argumentaire, Delly Sesanga indique que la plupart de ces députés provinciaux sont à Kinshasa et circulent librement au centre-ville et précisément dans la commune de la Gombe, considérée comme épicentre de l’épidémie dans la capitale. Donc, il faut craindre que le retour de la plupart de ces élus dans ces assemblées provinciales avec les réunions au-delà de 20 personnes ne puissent donner lieu à d’autres complications, prévient-il.

Par ailleurs, avec l’inquiétude de la progression du Covid-19, Delly Sesanga est d’avis qu’il ne faudrait pas exclure que dans le cadre de la prochaine évaluation, qu’on puisse alors décréter le confinement total de la population, en tout cas sur une durée déterminée compatible avec le besoin d’enrayer la propagation et l’expansion de l’épidémie. « Nous sommes encore au début de l’épidémie par rapport aux statistiques qui sont donnés, le pic ne semble pas encore atteint. Il nous faut, par rapport notre mode de fonctionnement, une dose de fermeté de contraintes de la part du pouvoir publique », constate-t-il.

Concernant le fonds national de solidarité, Delly Sessanga juge deux mesures importantes, à savoir, le vote rapide d’un collectif budgétaire pour réorienter davantage des ressources des finances publiques à la lutte contre le Coronavirus.

La solidarité, pense-t-il ne suffit pas. Pour rappel, l’élu de Luiza fait partie des personnalités qui ont demandé au chef de l’Etat de décréter l’État d’urgence en vue d’arrêter tôt la propagation du Coronavirus à Kinshasa.

En RDC, le Sénat et l’Assemblée nationale ont suspendu toutes leurs activités jusqu’au 5 avril prochain et la fonction publique a instauré le service minimum au moment où toutes les activités du Conseil des ministres sont suspendues également.

Pitshou Mulumba
Le Potentiel

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici