Ecoutez cet article

« Je donne le message à tous les autres et aux dirigeants de ce pays, si vous voulez que le Katanga continue à être dans la RDC pour toujours et que nous puissions tous partager ce que vous manquez chez vous, le lait et le miel, je veux du haut de cette chair devant mon Dieu vous dire, les choses qui vous fâchent et qui vont nous ( Katangais ) pousser à couper », s’est emporté le pasteur méthodiste lors de sa prédication lors d’un culte le 16 janvier en mémoire de l’assassinat de Mzee Laurent-Désiré Kabila à Lubumbashi.

L’auditoire a applaudi. Pourtant, des dirigeants politiques et quelques notables katangais étaient présents. Ils ont acquiescé un message incendiaire qui met en mal le vivre-ensemble, dénonce un activiste de la Lucha.

Des sources assurent que le pasteur aurait été transféré à Kinshasa. D’autres indiquent qu’il a passé sa première nuit dans les geôles de l’Agence nationale des renseignements à Lubumbashi.

L’ancien président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), s’est égaré, selon un cadre de l’UNAFEC. Ses détracteurs parlent des propos graves incitant à la haine et appelant à des troubles à l’ordre public.

Par contre, le député FCC, Félix Kabange Numbi Mukwampa qui a lancé l’alerte, dénonce une arrestation arbitraire. Il précise que les agents de l’Agence nationale des renseignements se sont présentés à son domicile et l’ont arrêté. Ses deux pasteurs ont été humiliés et tabassés.

« Nous condamnons cet excès. Il nous faut pas sortir ses paroles de leur contexte. Nous exigeons sa libération pure et simple pour la paix sociale et la cohésion nationale ».

Devant Shadary et les autres ténors de l’ancien régime, l’homme de Dieu a fustigé l’instauration de la dictature au pays, la corruption des élus et l’acharnement contre l’ancien président Joseph Kabila et son épouse, Olive Lembe Kabila.

« Ils doivent respecter nos dirigeants, et plus particulièrement notre leader du Katanga, le président honoraire et sénateur à vie Joseph Kabila Kabange. Vous devez également respecter notre mère, la très respectée Olive Lembe Kabila, c’est notre maman. Si vous continuez à l’humilier, le Katanga ne le tolérera pas. Nous exigeons également le respect de nos dirigeants politiques que nous avons démocratiquement élus. Arrêtez de les corrompre, arrêtez de les humilier, arrêtez le plan de déstabilisation de nos gouverneurs et les assemblées provinciales dans le but de vous donner notre lait et notre miel », a-t-il hurlé.

L’ex-coordonnateur de l’ONG Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et réconciliation (PAREC) pourra passer à la barre en procédure de flagrance. Les anti-régime Tshisekedi dénoncent une arrestation politique et une violation grave de la liberté d’expression.

Landy Amisi
Ouragan fm

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici