Ecoutez cet article

Dans un communiqué signé le jeudi 31 octobre dernier, le Mouvement de Libération du Congo (MLC) s’insurge contre l’assassinat de l’administrateur gérant du Centre de Santé de Référence Vijana dans la commune de Lingwala par un des éléments commis à la garde du ministre provincial Dolly Makambo.

Pour le parti de Jean-Pierre Bemba, c’est un assassinat de plus dans ses rangs tant l’infortuné était chargé de la mobilisation et implantation pour le compte de ce parti dans la commune de Barumbu et démontre la faiblesse du pouvoir actuel à sécuriser Kinshasa et l’intérieur du pays.

“Outre les assassinats odieux des honorables Marius Ngangale, Daniel Botheti, et Lajos Bidu, ce énième meurtre policier démontre la faiblesse du pouvoir en place à sécuriser les Congolais, d’où le climat d’insécurité qui règne ces derniers jours dans la ville de Kinshasa et à l’intérieur du pays. Ceci est malheureusement l’œuvre des agents sensés sécuriser la population”, déplore la secrétaire générale du MLC.

Le Mouvement de Libération du Congo demande au pouvoir de mettre tout en œuvre pour que les auteurs intellectuels et matériels de ces assassinats répondent de leurs actes et se réservent le droit de constituer ses avocats en appui à ceux dûment choisis par la famille afin d’exiger que justice soit faite.

Aussi, le MLC par le biais de ce communiqué invite ses militantes et militants à être nombreux aux lieux des audiences foraines pour soutenir la famille et participer à toutes les manifestations qui seront organisées incessamment pour exiger la fin de l’insécurité tant à Kinshasa que sur toute l’étendue du territoire national.

Pour rappel, le mercredi 30 octobre dernier, un des gardes du ministre provincial de l’intérieur tiré à bout portant et tué l’administrateur Gérant du Centre de Santé de Référence Vijana dans une affaire de conflit foncier dans la commune de Lingwala.

Alphonse Muderwa

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici