Assemblée Nationale: Motion de défiance déposée contre le ministre de la Défense

Ecoutez cet article

Le député national Paul Muhindo a déposé ce jeudi 5 avril 2018, une motion de défiance au bureau de l’assemblée nationale contre le ministre de la Défense nationale, Crispin Atama suite à la persistance de l’insécurité dans la province du Nord-Kivu et l’Ituri.

Selon le député Paul Muhindo, au total 54 députés ont signé la motion contre le ministre de la Défense accusé “d’incapacité et d’incompétence” pour stopper les massacres depuis octobre 2014 à Beni. A cela s’ajoute aussi l’activisme d’assaillants notamment à Lubero et Ituri, souligne l’initiateur de la motion.

“Nous avons plus de trois ans et sept mois qu’il y a persistance des massacres en territoire comme en ville de Beni suivis des kidnappings de la population. L’insécurité persiste dans le territoire de Lubero et la ville de Butembo et nous avons aussi l’insécurité au niveau de l’Ituri. Cette situation est une preuve tangible que nous n’avons pas l’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Conformément à l’article 146 de la constitution, nous avons une responsabilité d’interpeller ce ministre et d’exercer notre responsabilité pour qu’on puisse trouver l’homme qu’il faut à cette place”.

Les motions de défiance initiées à l’assemblée nationale n’ont jamais abouti depuis la législature de 2006 car elles sont contrariées par des motions dites incidentielles des élus de la Majorité présidentielle. D’ores et déjà, Paul Muhindo met en garde la MP contre toute initiative visant à rejeter la motion de défiance contre le ministre de la défense.

“Si la MP pratique les mêmes aventures et crée de subterfuge pour qu’il y ait une motion incidentielle qui arrêterait cette motion de défiance, nous nous serons convaincus et la communauté internationale ainsi que la population comprendront que c’est la Majorité qui est responsable de ce qui se passe dans ces zones, puisque ne voulant jamais qu’il y ait un débat sur la situation des massacres”, a-t-il ajouté.

Depuis 2014, au moins 1000 personnes ont massacrées à Beni, selon l’ONU. La société civile elle, avance le bilan d’au moins 1500 civils tués. Situation attribuée aux islamistes ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF) présents dans la région depuis 1999.

Stanys Bujakera Tshiamala

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici