Ecoutez cet article

Une véritable success story. Après ce qu’a vécu Modeste Bahati Lukwebo au sein de la Kabilie, rien ne présageait la gloire qui s’en suivrait pour un homme qui n’avait jusque-là aucun contact direct avec l’actuel pouvoir. Imperturbable, Modeste Bahati a eu raison de ses détracteurs, dans son silence et son calme monastiques, jusqu’à devenir l’un des pions majeurs de l’Union sacrée de la nation chère au président Felix-Antoine Tshisekedi.

De la société civile à la politique, Modeste Bahati s’est toujours distingué par sa manière de faire et d’être. Son sens élevé de la realpolitik, son attachement aux valeurs de la démocratie et au respect des engagements ont fini par marquer les esprits au point de le considérer, non sans raison par nombre d’analystes, comme l’un des acteurs politiques le plus en vue de la dernière moitié de la décennie.

Fort du poids politique de son regroupement Alliance des Forces Démocratique du Congo et alliés (AFDC), le nom de Bahati Lukwebo s’est imposé presque naturellement sur le jeu politique actuel. Dès le divorce FCC- CACH, la « fathisphère » a tout de suite su qu’elle pouvait compter sur « MBL » pour construire une nouvelle coalition majoritaire.

AFDC-A, PREMIÈRE FORCE POLITIQUE DE L’USN

Victime de l’injustice des caciques du camp Kabila, Bahati a vite compris que le moment était peut-être venu de prendre sa revanche. Tout commence par la décision du président de la République Félix-Antoine Tshisekedi de lui confier la mission d’information en vue d’identifier la nouvelle coalition majoritaire au sein de l’Assemblée nationale. Le communiqué le désignant comme tel a été lu à la télévision nationale le 1er janvier 2021.

C’est là que l’élu du Sud Kivu va jouer un rôle non de moindre dans le basculement de la majorité parlementaire au profit du président Félix-Antoine Tshisekedi. Avec ses

109 élus dont 41 députés nationaux et 68 députés provinciaux, l’AFDC-A a considérablement contribué au changement de la coalition majoritaire et va devenir la première force de l’Union sacrée de la nation.

Après la destitution des bureaux de deux chambres du Parlement dirigés par des Kabilistes, il était question pour le pouvoir en place de reconfigurer ces bureaux à l’aune de la nouvelle coalition majoritaire. C’est comme ça que Modeste Bahati Lukwebo a été élu président du Sénat, en remplacement d’Alexis Thambwe Mwamba, le 2 mars 2021. Il devient ainsi constitutionnellement la deuxième personnalité du pays.

AFDC-A PREMIERE PLATEFORME POLITIQUE À PLÉBISCITER FATSHI COMME SON CANDIDAT POUR 2023

Modeste Bahati Lukwebo est aussi parmi les personnalités politiques, si ce n’est pas la première, à qui le chef de l’Etat a confié la tâche de formaliser l’Union sacrée de la nation. Ainsi, sur instruction du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, Modeste Bahati Lukwebo a présidé, le 3 mai 2021, la première réunion de structuration visant à doter cette nouvelle coalition majoritaire d’une charte.

Il faut aussi noter que l’AFDC-A est si pas la première, du moins parmi les premières formations politiques à plébisciter le président Félix-Antoine Tshisekedi comme son candidat à l’élection présidentielle de 2023. La décision a été prise au cours d’une réunion extraordinaire de la conférence des présidents des partis et personnalités de ce regroupement politique, élargie aux députés nationaux, aux sénateurs et ministres membres de ce label politique, tenue le lundi 26 juillet 2021.

Infatigable travailleur, Modeste Bahati n’a pas tardé, dès sa prise de fonctions comme président du Sénat, à permettre à la chambre haute du Parlement, en tant qu’émanation des provinces, de jouer pleinement son rôle dans le développement à la base. En témoigne la mise en place d’un cadre de concertation Sénat-Assemblées provinciales, une première depuis que la RDC existe.

LE SÉNAT SE REFORME

C’est dans cette perspective que, sous Modeste Bahati Lukwebo, la chambre haute du Parlement s’est dotée d’un document intitulé , « le Sénat se réforme« . Il s’agit d’un document articulé en sept propositions visant à permettre au Sénat de s’impliquer activement dans le développement des provinces et de concourir à la paix, à la sécurité et au développement à la base.

Cette volonté du Sénat peut aussi s’apprécier par le travail abattu par cette institution au cours de la session ordinaire de septembre qui s’est clôturée le 24 décembre 2021. Le Sénat a été riche en contrôle parlementaire et en production législative, au cours de cette session. Plus de 7 propositions et projets de lois ont été votés au cours de cette session.

Parmi les grandes injustices dont a été victime Modeste Bahati, vers la fin du règne de Joseph Kabila, c’est la paternité querellée au plan légal de son regroupement AFDC-A. Après sa radiation du FCC, pour avoir décidé de déposer sa candidature au poste de président du Senat, Modeste Bahati a été scandalisé de voir la paternité de son regroupement politique être attribuée à Néné Nkulu qui était ministre du Travail.

LA VÉRITÉ A FINI PAR TRIOMPHER DANS LE DOSSIER AFDC-A

Le 14 décembre 2019, la Commission politique, administrative et juridique (PAJ) de l’Assemblée Nationale a attribué la paternité du regroupement parlementaire AFDC-A, aux dissidents dirigés par Néné Nkulu. Une situation qui a même poussé Modeste Bahati à solliciter, sans succès, la médiation des prêtres catholiques pour être rétabli dans ses droits.

Fin du feuilleton, c’est le Tribunal de grande instance de Kinshasa Gombe, siégeant en matière civile au premier degré, le 23 novembre 2020, qui a confirmé Modeste Bahati Lukwebo, en qualité de président national statutaire du Regroupement politique Alliance des forces démocratiques du Congo et Alliés, AFDC-A.

Orly-Darel NGIAMBUKULU
Forum des as

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici