Ecoutez cet article

Le président du Sénat, Modeste Bahati est profondément abattu par le trépas de l’influent cardinal émérite Laurent Monsengwo.

Sur Twitter, l’autorité morale de l’AFDC-A précise que le prélat catholique est un grand baobab qui s’est écroulé. En plus, le speaker rappelle que cette disparition est une énorme perte pour l’Église, le monde scientifique et la nation.

Plongé dans les souvenirs, Bahati Lukwebo a mentionné leur proximité avec l’ancien archevêque de Kinshasa depuis la Conférence nationale souveraine (CNS) en 1991 où Monsengwo était président jusqu’aux dernières consultations du président Félix Tshisekedi pour l’intérêt du peuple. « C’est un grand baobab qui s’écroule, une énorme perte pour l’Église universitaire, le monde scientifique, la RDC, le peuple de Dieu et la CENCO (Conférence épiscopale nationale du Congo). Nous avons cheminé ensemble depuis la CNS à ce jour pour le bien espéré du peuple congolais », a-t-il témoigné.

Nommé évêque auxiliaire de Inongo le 13 février 1980, l’ordination épiscopale de feu cardinal Mosengwo était intervenue le 04 mai de la même année au Palais du Peuple par sa Sainteté Jean-Paul ll à Kinshasa. En 2004, à l’époque président de la CENCO (ex-CEZ), Laurent Monsengwo avait fait une déclaration restée historique face aux rumeurs l’annonçant candidat à la présidentielle de 2006. « Je n’envie pas le pouvoir politique, si je le voulais, je l’aurais pris en 1997 avec la chute de Mobutu, mais je ne l’ai pas fait car mon pouvoir ecclésiastique est mille fois supérieur au pouvoir politique (…) » , extrait de sa déclaration historique devant la presse.

Archevêque de Kinshasa depuis le 06 décembre 2007, il avait pris ses fonctions canoniques le 02 février 2008. Le cardinal Monsengwo est décédé deux ans et demi après sa démission à l’archevêché de Kinshasa car il était devenu archevêque émérite depuis le 01 novembre 2018.

Ouragan

DiaspoRDC TV

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici