Le Front commun pour le Congo (FCC) “a droit à 6 Directeurs généraux, 4 Administrateurs délégués généraux adjoints… et 28 administrateurs”, révèle Justin Bitakwira.

Au moment où certaines ONGs et même l’Église catholique a appelé à une gestion “dépolitisée”, ce cadre du FCC insiste sur le fait que “la répartition a déjà été faite. Le compte du FCC a été discuté au Comité de suivi. Tout est politique. L’Église est même politique”.

Raison pour laquelle “nous attirons l’attention surtout de la CENCO, il ne faut pas qu’un prêtre commence à envier un homme marié. Ils ont fait le pacte de la chasteté pour la vie. Il ne faut pas les ASBL commencent à se mêler de la politique”.

Lire aussi : Entreprises publiques : FCC et CACH se partagent-ils des « canards boiteux » ?

Temps de gestion collégiale arrivé (UDPS)

“Nous savons que pendant une année et deux mois aujourd’hui, le FCC est en train d’asphyxier les entreprises du portefeuille. Le temps est arrivé pour que la gestion puisse être collégiale parce que nous devons rendre compte au peuple congolais”, indique Me Jimmy Ambumba.

“L’UDPS n’a pas pour vocation de gérer seul les entreprises publiques. Nous sommes sérieux. Toutes les entreprises du portefeuille doivent être réparties entre deux familles politiques. Nous avons également la société civile et les technocrates”.

Il rappelle que “le pouvoir de Félix Tshisekedi a toujours été contre les inégalités. Nous ne pouvons pas aller à l’encontre de la volonté politique de notre autorité de référence”.

Lire aussi : FCC-Cach : Cap vers le partage des entreprises

Top Congo

LAISSER UNE RÉPONSE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici